Le gâteau du Dr Henry

Une fois oint par le Blan, le Dr Henry s’empressa de nous informer que 1) il pouvait déclarer la guerre, 2) il n’y aurait pas de partage du gâteau, son pouvoir ne serait pas collégial. Il se trompait. Les chefs de gangs démentent le premier tous les jours, les anciens « opposants », le Secteur Démocratique et Populaire en tête, se félicitent d’avoir fait sauté le second.

Très vite, le Dr Henry a dû non seulement s’ouvrir à partager le gâteau mais surtout s’appliquer à l’élargir. Possiblement inspiré par notre ancien Prince vert – et son ancien camarade de parti – le voilà désormais multipliant les nominations de secrétaires d’État, de directeurs généraux et de leurs directeurs adjoints, de directeurs départementaux et de leurs sous-directeurs et autres hauts-fonctionnaires importants.

Le gâteau à partager, ce sont aussi toutes ces mairies à confier à des agents intérimaires, en l’absence de maires élus. Cent-quarante-six, en tout. De quoi nourrir le « consensus largement large » de ces avocats du peuple spécialisés dans son kidnapping contre rançon.

L’un deux, en particulier, se réjouit. Il célèbre ses victoires. Le décompte des buts est imprécis mais le compte est connu: 6-0! Il fut un temps où il se défendait encore d’avoir reçu deux BMW en cadeau. Il n’est plus à ce stade. Il est au pouvoir. Et il veut qu’on le sache. Débarrassé des derniers vestiges d’une timidité mal placée, il se revendique mangeur de gâteau à l’assiette bien remplie.

Certains aveuglés volontaires, anciens promoteurs de lòk et de la séquestration d’un peuple entier, n’en reviennent pas d’une telle revendication. Choqués par ce comportement éhonté, ils jurent, à qui veut les entendre qu’on ne les y reprendrait plus. Ils se sont brouillés avec des ami.e.s. Ils ont rejeté leurs principes. Ils étaient persuadés que les résultats justifieraient les moyens … Mais ils ont appris leur leçon. On ne les y reprendra plus.

Naturellement, j’ai mes doutes. Comme j’en faisais la remarque il y a deux ans:

Au cours de l’année 2019, l’on a réussi à persuader des gens réputés éduqués que, de laisser une opposition décriée et corrompue prendre la population en otage pour faire partir un Président décrié et corrompu, était une stratégie viable pour une vie meilleure pour tous.

Ce que le peuple veut

S’ils se sont laissés avoir par un argumentaire aussi bête, est-ce bien prudent de les croire suffisamment armés pour résister au prochain ?

Quelque part, un ancien roi-bouffon, prend la mesure du temps. Le dauphin qu’il s’était choisi et qui lui avait préféré un autre successeur n’est plus. Comme il sied aux transfuges, l’ingrat est mort assassiné par un commando étranger. Désormais la partie du parti qui lui est encore acquise est au pouvoir. D’anciens pitres aussi. Sa cour se reconstruit. Son retour se fait plus accessible.

Il faudra bien sûr le mot du Blan mais l’agent Merten ayant personellement « suggéré » le partage actuel du gâteau, avant de se faire invisible, les chances sont bonnes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s