D’inculpé à coupable, la première année d’un Président

Le Président Jovenel Moïse est arrivé au pouvoir avec, selon le commissaire de Port-au-Prince d’alors, Danton Léger, une inculpation dans des actes de blanchiment d’argent. Nous ne savons trop en quoi consiste l’accusation, hormis, sa qualification; personne ne semblant avoir vu l’acte d’inculpation. Entre temps, le commissaire Léger a été remplacé par le commissaire Ocnam Daméus qu’il avait lui-même remplacé et qui, il y 4 … Continuer de lire D’inculpé à coupable, la première année d’un Président

Un cadeau décidément Léger

Au printemps dernier, en pleine dénonciation de népotismes et de corruptions au sein de l’administration publique, nous prenions le temps d’admirer les mots faussement apparentés. « Ce que je vois comme un poison (gift, en suédois) est peut-être un cadeau (gift, en anglais) » écrivais-je alors, ignorant que, pour la Noël, le commissaire Danton Léger me soulagerait de cette complication en programmant la libération de 800 locataires du Pénitencier National, selon une procédure peu claire et ne semblant nécessiter aucunement la présence d’un juge.

Continuer de lire « Un cadeau décidément Léger »

Envoyez NON au 4444

Une affaire de SMS tient la ville en haleine. Elle prend des allures de croisade depuis que, hier matin, un commissaire à la convocation légère a invité, Maarten Boute, le président de la Unigestion Holding S.A. (Digicel) à se présenter au Parquet, le lundi 28 novembre 2016, pour s’expliquer sur des résultats électoraux que la compagnie de téléphonie mobile aurait publiés.

Si le commissaire est aussi sensible aux arguments logiques que les interlocuteurs de M. Boute hier sur Twitter, le pauvre aura besoin de plus que d’aller « jouer avec [s]es enfants » pour ne pas devenir fou. Encore que les récents succès du commissaire Danton Léger, dans son entreprise systématique de destruction d’excellents dossiers par sa remarquable impéritie, ne soient pas sans présenter l’assurance d’une fin rapide et célère à cette « affaire ». Continuer de lire « Envoyez NON au 4444 »

Monsieur le Ministre, je démissionne

Ce billet sera, comme la lettre qui l’a inspiré, très bref. Il est pour saluer la délicieuse réponse de Me Farah Cadet, Substitut du Commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, à la lettre du Ministre de la Justice lui annonçant, au 7 juin 2016, son transfert au Tribunal de Première Instance de Jérémie et précisant que « cette mesure est effective à partir de la date de la présente ». Continuer de lire « Monsieur le Ministre, je démissionne »

Pailles de pistache et représailles politiques. #SeBonPouLwaYo

Il existe quelque chose qui semble déranger plus céans que la corruption: la lutte contre la corruption. Quiconque s’y essaie se voit immanquablement accusé de se lancer dans des représailles politiques. Ces accusations ne sont certes pas toujours sans mérite. Il est même souvent arrivé chez nous que les enquêtes sur la corruption ne soient que ça. Nonobstant, ce n’est pas parce que celui qui vous accuse d’être corrompu l’est lui-même que cela veut dire que l’accusation n’a pas de mérite.

Continuer de lire « Pailles de pistache et représailles politiques. #SeBonPouLwaYo »

Quand la réalité défie nos théories

Au XVI ème siècle, le grand anatomiste et médecin brabançon, André Vésale – version francisée de son nom latin Andreas Vesalius – décida, sans autre forme de procès, que le clitoris n’existait pas. L’auteur du De humani corporis fabrica, celui qui fit entrer l’anatomie dans la modernité, décida de faire fi de la réalité et d’exciser virtuellement toutes les femmes. C’est que le bon docteur avait une théorie : l’appareil génital féminin était l’inverse de l’appareil génital masculin, avec le vagin comme le négatif du pénis et les ovaires celui des testicules. Le clitoris n’avait pas sa place dans cette belle réflexion. Il faisait tâche. Il dérangeait. Il fallait donc qu’il cessa d’exister.

Les patientes du Docteur toutefois, transgressives et impudentes comme le sont généralement les femmes, continuaient à présenter l’impossible « excroissance ». Elles furent, en toute logique, déclarées hermaphrodites. La méfiance continua longtemps; cette histoire de clitoris, l’anatomie n’y croyait pas trop. Il faudra d’ailleurs attendre mai 2005 pour que l’anatomie de la « petite colline » – du grec ancien κλειτορίς, kleitorís – soit enfin révélée par, une femme, le Dr Helen O Connell, grâce à l’imagerie médicale.

Continuer de lire « Quand la réalité défie nos théories »