On a retrouvé Opont

L’un de vous m’a envoyé cette magnifique photo de notre ancien matador suprême, grand prêtre de nos messes électorales, accomplisseur d’exploits et prestidigitateur accompli. Je me réjouis de voir que les Haïtiens et Haïtiennes du pays continuent de suivre, et de près, les aventures de celui qui, par un beau jour d’été 2015, alors qu’il était Président du Conseil Électoral Provisoire, avoua, en pleine émission … Continuer de lire On a retrouvé Opont

Quand la réalité défie nos théories

Au XVI ème siècle, le grand anatomiste et médecin brabançon, André Vésale – version francisée de son nom latin Andreas Vesalius – décida, sans autre forme de procès, que le clitoris n’existait pas. L’auteur du De humani corporis fabrica, celui qui fit entrer l’anatomie dans la modernité, décida de faire fi de la réalité et d’exciser virtuellement toutes les femmes. C’est que le bon docteur avait une théorie : l’appareil génital féminin était l’inverse de l’appareil génital masculin, avec le vagin comme le négatif du pénis et les ovaires celui des testicules. Le clitoris n’avait pas sa place dans cette belle réflexion. Il faisait tâche. Il dérangeait. Il fallait donc qu’il cessa d’exister.

Les patientes du Docteur toutefois, transgressives et impudentes comme le sont généralement les femmes, continuaient à présenter l’impossible « excroissance ». Elles furent, en toute logique, déclarées hermaphrodites. La méfiance continua longtemps; cette histoire de clitoris, l’anatomie n’y croyait pas trop. Il faudra d’ailleurs attendre mai 2005 pour que l’anatomie de la « petite colline » – du grec ancien κλειτορίς, kleitorís – soit enfin révélée par, une femme, le Dr Helen O Connell, grâce à l’imagerie médicale.

Continuer de lire « Quand la réalité défie nos théories »

Où est passé Opont ?

Laissons la cantique – de la banane – passons à la prière – d’un ancien matador qui a perdu sa superbe.

Quelque part, dans un hôtel de Pétion-Ville, un ancien président, sort de sa chambre, derrière ses lunettes noires. Sur la cour, une voiture noire, aux vitres teintés en noir, attend. L’ancien président y monte d’un pas décidé et la voiture démarre en trombe. Bientôt, de la voiture, l’on ne voit plus que la plaque d’immatriculation dont deux lettres frappent et atterrent l’imagination: IT pour Immatriculation Temporaire. C’est alors que l’on se dit que, finalement, c’est Graham Greene qui avait raison. Dans le pays ici, nous sommes des comédiens.

Continuer de lire « Où est passé Opont ? »

L’exploit d’Opont

Hier,  Haïti a voté. Le Président du CEP s’est décerné un satisfecit massif et parle d’exploit.

Gessica Geneus a voté. Le Rédacteur en chef du Nouvelliste s’est décerné un satisfecit massif et lui a réservé le traitement Martine.

De nombreux Haïtiens ont voté. Sur les réseaux sociaux, certains se sont décernés un massif satisfecit et en ont profité pour tancer (ou)vertement ceux qui ont osé ne pas voter.

La presse internationale, unanime, a salué la retenue du peuple haïtien qui a voté sans violences. Pour une fois. Parce qu’on ne sait jamais avec ces brutes. Alors, autant leur dire, à plusieurs reprises, à quel point, on est fiers d’eux.

Continuer de lire « L’exploit d’Opont »

Qui sème la démocratie récolte des migrants ?

L’année 2014 a été l’année de tous les records. Trente-huit (38) millions de gens à travers le monde que les conflits et la violence ont forcés hors de chez eux, dont onze (11) millions en 2014 uniquement. En ses dix années d’existence, jamais le rapport annuel de l’observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) n’a enregistré autant de déplacés en une année. En 2014, ce sont 30 000 victimes qui, chaque jour, ont dû laisser leurs maisons, leurs quartiers, leurs villes, leurs régions … où vivre était désormais devenu dangereux ; confirmant une forte tendance à la hausse observée depuis trois ans.

En mai 2015, en prélude à la publication du rapport, le Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Jean Egeland, regrettait que « [l]es diplomates du monde entier, les cessez-le-feu, les pourparlers de paix et les résolutions des Nations-Unies [aient] perdu la bataille contre des hommes armés impitoyables, mus par des intérêts politiques ou religieux plutôt que des impératifs humains. » J’ajouterais, pas si humblement, le peu de succès de la communauté internationale dans sa responsabilité de protéger les peuples des pays ayant enregistré le plus (60%) de nouveaux déplacements : l’Irak, le Soudan du Sud, la République Démocratique du Congo, le Nigéria et la Syrie. Dans cette dernière, c’est 40% de la population (7.1 millions) qui a été déplacé ; le plus grand nombre enregistré à l’échelle mondiale. En 2015, ils amerrissaient (ou pas) aux portes de l’Europe.

Continuer de lire « Qui sème la démocratie récolte des migrants ? »

Les élections du 25 octobre 2015 n’auront pas lieu

Le Président de la République, Son Excellence Michel Joseph Martelly, vient, par une vidéo sur sa page Facebook officielle, de lancer un vibrant appel à la nation : celui de participer aux « élections présidentielles, législatives et municipales » qui seront organisées le 25 octobre 2015. Le peuple haïtien est de nouveau appelé en des comices qui sont tout sauf siennes puisque ce n’est pas sa volonté qui s’y exprime. Il doit toutefois s’y rendre par « devoir civique » envers un État qui ne respecte aucune des obligations de son contrat social avec son peuple mais qui attend qu’il observe et respecte des obligations toujours plus lourdes.

Dans les relations internationales, la responsabilité de protéger (R2P) réaffirme les devoirs de l’État envers sa population. Cette responsabilité particulière, c’est le concept selon lequel les États souverains ont l’obligation de protéger leurs propres citoyens contre des catastrophes évitables, mais en vertu duquel, s’ils refusent ou ne sont pas en mesure de le faire, cette responsabilité incombe à la communauté internationale. Celui-ci a pris une telle importance ces dernières années, notamment depuis la résolution A/RES/60/1 (par. 138 à 140) de l’Assemblée Générale de l’Onu, que certains auteurs, dont Bertrand Badie, y voient une équivalence croissante entre responsabilité (aussi réponse-habilité) et souveraineté, comme pour lier la légitimité du statut de souverain à celui de son respect des engagements contractés à l’égard de son peuple. Continuer de lire « Les élections du 25 octobre 2015 n’auront pas lieu »