Vous n’avez pas voté dimanche dernier? Excellent!

Bonjour,

Comment allez-vous par ce beau dimanche matin ?

Si vous êtes comme 99% des Haïtiens – la statistique nous vient du Nouvelliste et, en attendant que la formule magique proposée ici, il y a deux jours, arrive aux concernés, nous l’utiliserons – dimanche dernier, vous n’avez pas été voter. Vous n’avez pas fermé les yeux pour boire l’eau qui pue. Bravo ! Vous êtes de véritables patriotes. Non, ce n’est pas du sarcasme – enfin pas que. C’est d’un ridicule suprême de décider du patriotisme de quelqu’un à partir d’un seul acte, fusse-t-il Patriot. Mais nous y reviendrons. L’essentiel ici est que, même sans le savoir, vous avez fait, il y a huit jours, par un beau dimanche comme celui-ci, œuvre qui vaille pour la Patrie. Applaudissez-vous. Nous vous attendrons.

Bien. Maintenant discutons de votre (non-)acte. Vous n’étiez pas dans les bureaux de vote dimanche dernier. Peu importe la raison pour laquelle vous n’avez pas été. Vous nous avez rendu un fier service à tous. Vous avez contribué à décrédibiliser encore plus ces grandes messes que l’on nous impose, selon une logique dépassant l’entendement, pour renouveler, « démocratiquement » et sans se soucier de notre accord, le personnel politique ayant reçu l’aval de plus grand que nous. Belle démocratie que ce régime grotesque que l’on impose à tout un peuple et qu’on lui interdit de rejeter … au nom de la démocratie. C’est que voyez-vous, l’on pourrait être tenté, en se référant à l’étymologie et l’histoire du mot, d’en déduire que le demos (peuple) avait son mot à dire à propos de ce kratein (pouvoir) qu’on lui im(pro)pose ? L’on aurait tort. Apparemment, oser questionner ce kratein fait perdre au demos le droit de participer aux affaires de la cité. C’est à y perdre son latin ou, plutôt, son grec. Ajoutons le français tant qu’on y est puisque de toute façon, l’illogisme triomphe en maître dans ce raisonnement.

Le Recteur de l’université Quisqueya, le Professeur Jacky Lumarque, mathématicien égaré dans cette mer d’illogisme, nous a, fort heureusement, donné un concept pour circonscrire la situation : l’effondrement de la pensée et de la logique. Candidat injustement écarté des élections présidentielles pour une question de décharge dont il a été maintes fois fait la preuve qu’il n’a pas besoin, il a, pendant une semaine, tenté, avec un certain succès, de nous faire comprendre l’absurdité des décisions de ce Conseil Électoral Provisoire à qui l’on a confié l’organisation des « historiques premières élections post-post-séisme ». Malheureusement, les séquelles de ce goudougoudou de la logique sont telles que la réaction de plusieurs fut de conclure que, s’il est vrai que le Professeur a raison, il devrait tout de même accepter la décision du CEP et se représenter la prochaine fois quand de l’eau aura coulé sous les ponts. À quoi bon s’accrocher ?

C’est, possiblement, la même question que certains d’entre vous se sont posés dimanche dernier. À quoi bon s’accrocher à faire quelque chose de cette démocratie pour laquelle nous nous sommes battus en 1986 et que l’on nous a sitôt reprise ? C’est une bonne question même si elle n’est pas la meilleure. Un lecteur a signalé ce commentaire laissé sur la page Facebook du Nouvelliste par Jiji Barreau quant à la raison pour laquelle les électeurs sont restés chez eux, citant Frantz Duval lui-même pour répondre à la question qu’il a posé dans son désormais célèbre éditorial :

Les électeurs ne sont pas allés voter parce qu’ils ont simplement lu le rédacteur en chef de Le Nouvelliste Haiti qui avait raison sur toute la ligne dans cet éditorial daté du 13 mars 2015…

Effectivement, les électeurs ont compris leur jeu.

« La politique en Haïti est de moins en moins une affaire de convictions, d’idées, d’idéologies, de programmes, de partis politiques. Nous faisons des coups, donnons des coups bas et naviguons à vue. Les électeurs le savent, s’en désolent… » Frantz Duval

Les électeurs n’ont-ils pas simplement exprimé leur désolation face à cette farce électorale du 9 août 2015? Peut-on le leur reprocher?

http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/142485/Elections-en-Haiti-association-de-mauvais-joueurs-de-mauvais-perdants-et-de-mauvais-arbitres

La question est pertinente mais je crois que ce taux record d’abstention a des racines bien plus profondes. Je crois qu’au-delà d’un carton rouge à la classe politique, c’est au régime « démocratique » haïtien tout entier que le demos signifie son vote de censure. À ce régime qui n’a de démocratique que le nom, où les votes blancs sont comptabilisés et redistribués aux candidats selon une logique mystérieuse, le peuple haïtien signifie son refus de continuer à être le dindon de la farce, le mouton qui accepte gaiement de se faire tondre en plein hiver par des forces agissant sous couvert de mystère. Il ne voit pas l’intérêt de participer à la mascarade puisqu’on lui im(pro)posera quelqu’un de toute façon.

La meilleure question en devient « pourquoi légitimer un processus « démocratique » fondé sur un mépris total de la volonté du peuple ? » . Pourquoi accepter de jouer le jeu quand nous savons pertinemment que les dés sont pipés – et pas en notre faveur ? Pourquoi cautionner ce que nous savons tous être une arnaque ? Quand le marché politique est faussé, l’offre n’a plus d’importance. Cette « association de mauvais joueurs et de mauvais perdants » passe au second plan puisqu’au final, une fois que nous aurons payé (avec notre vote), le marchand décidera de ce que nous aurons acheté. Dans la vie réelle, cela s’appelle une arnaque. Dans le discours des donneurs de leçon, cela s’appelle faire son devoir citoyen.

Publicités

48 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Jiji Barreau dit :

    Dommage que cet article ne soit pas signé. Le temps de l’anonymat est révolu. Merci!

    J'aime

    1. 3sh@ dit :

      Il n’y a là aucun anonymat même si je ne partage pas votre conclusion quant à la fin de l’anonymat. Le droit à la vie privée est aussi un de nos droits les plus fondamentaux. Dans le cas qui nous intéresse, ceci est un blog personnel, j’y écris donc tous les articles. C’est indiqué en haut de chaque article. Merci d’avoir pris le temps de lire et de commenter. -Patricia Camilien

      J'aime

  2. Jiji Barreau dit :

    Désolée Patricia, ce n’était pas clair que cet article était de vous. Maintenant, je le sais.
    Je signale que j’ai partagé un précédent article dans lequel l’auteure, vous, est clairement identifiée. Je l’ai bien apprécié, d’ailleurs. Bonne continuation.

    J'aime

    1. 3sh@ dit :

      Aucun souci. Merci pour le soutien.

      J'aime

  3. Jean Garry JOSEPH dit :

    J’ai beau suivre votre reflexion et rien de ce que vous avez apporté comme raison ne me fera changer d’avis. VOTER reste et demeure un devoir obligatoire quelle que soit la situation.
    L’union fait la force, telle est notre devise. Invitons tous les Haïtiens à voter et à rester mobilisés. Soyez sûre d’un meilleur resultat.
    Mais si vous tenez ces discours qui renforcent leur inertie, soyez sure que nous irons tout droit en enfer. En enfer, parce que nous aurons donné cartes blanches aux malfaiteurs.
    Nous Haitiens, nous avons assez fait pour nous décourager devant si peu. Lorsque tous on était des esclaves non armés, affamés, non vêtus on avait pas baissé les bras. Toute la colonie s’était unie avec un seul slogan  » Libète ou lanmò ! « . Maintenant le mot d’ordre doit etre ceci : Votez et restez mobilisés !

    J'aime

    1. 3sh@ dit :

      C’est votre droit le plus entier mais demandez-vous ceci: Si les dés sont pipés d’avance, à quoi cela vous avance de jouer ? Ne vaut-il pas mieux exiger que les règles du jeu soit respectées. Je n’invite pas à l’apathie mais au refus de se fermer les yeux pour boire l’eau qui pue. Exigeons de l’eau propre ou apportons-la nous-mêmes. Ce sera beaucoup plus sain . Merci d’avoir pris le temps de lire et de commenter.

      J'aime

      1. Julio Mérisier dit :

        Excellent article responsif à celui de Monsieur Duval, qui est censé dans un dialogue de sourds avec Gessica Généus. Je me délecte de la profondeur critique de votre article et je suspens à vos lèvres. Vous avez répondu avec de la grande et de la bonne manière. Si vous pourriez enlevé ce marketing politique gratuit offert à Monsieur Lumarque, qui en est à mon humble avis indigne, je vous exprimerais mes chaleureusement meilleures félicitations.

        , étudiant à la maîtrise en Communication à l’Université d’Ottawa. JMERI007@uottawa.ca

        J'aime

      2. 3sh@ dit :

        Merci pour vos bons mots. Encore que, après mon tout premier billet, j’avais déjà fini de répondre à Frantz Duval. Quant au Recteur Lumarque, il me permet ici d’illustrer l’illogisme ambiant. Il reste donc. Peut-être recevrai-je vos chaleureuses félicitations sur un autre sujet ? Je commence à prendre goût à tout cela.

        J'aime

    2. Julio dit :

      Tu oublies seulement qu’au au moment de l’indépendance nous étions plus de 500 000 à vouloir une seule et même chose. Qu’on s’était regroupé autour des leaders et non pas des «machann peyi» que l’on connaît aujourd’hui.

      J'aime

    3. Sylvio dit :

      Cher ami voter n’est pas un devoir du citoyen et il ne l’a jamais été. Mais plutôt un droit!!! Donc c’est à chacun de décider si oui ou non il/ elle se sent confortable à l’excercer.

      J'aime

  4. Jean F Joseph dit :

    Bel article!!! Il y a lieu de dire:la démocratie représentative est une imposture. Votez ou pas revient au même. La dictature démocratique régnera jusqu’à…

    J'aime

  5. Adamson Pierre dit :

    Permettez-moi d’en douter Madame parce qu’en allant pas voter vous ne faites aucune exigence et de plus , vous boirez l’eau qui pue car, que vous le vouliez ou non , les élus des ces joutes seront vos dirigeants à vous tous qui n’avez pas été voter et vous devrez vous soumettre aux lois qu’ils auront à voter

    J'aime

    1. 3sh@ dit :

      Permettez-moi, à mon tour, de vous recommander de lire mon dernier billet. Et puis tant qu’à être forcée de boire l’eau qui pue, il vaut sans doute mieux ne pas participer à la concoction.

      J'aime

  6. Kita Nago dit :

    A éviter tout simplement les mots qui tuent ma nouvelle  »auteure ».

    J'aime

  7. jojoHaiti dit :

    Dépuis la formation de ce conseil jusqu’a cette presente minute ,rare sont ceux qui ont confiance dans cette institution ,constituee de personnalites a moralité douteuses.
    Nonobstant les multiples erreurs commises , le CEP continu a avoir le soutient ehonté d’une frange de cette classe politique de 3eme division et meme plus.
    Une journée electorale entachée d’irregularités, de fraudes et de violences des habitudes dont ont ne peut pas se passer depuis plusieurs annees , une tres mauvaise maniere de faire qui est devenue notre tasse de the.
    Quand viendra le jour où ce peuple gentil sortira de ce long etat de coma?

    J'aime

  8. Relex ALEXANDRE dit :

    Je crois que Camilien a tort. Elle n’a pas présenté d’alternative. Je pense que ceux qui n’ont pas voté ont indirectement appuyé le statut quo. lls disent par leur non-acte que, quelque soit le resultat des élections cela revient au meme. Cela sous-entend qu’aucun des candidats n’était en mesure d’écouter la voix du peuple. Si c’est bien le cas, je me demanderai pourquoi on n’a pas eu de meilleurs candidats ? Est-ce qu’ils ne s’interessent pas non plus au salut du pays ? Dans ce cas, ils sont les premiers responsables. Est-ce qu’il n’y en a pas ? Dans ce cas, j’irais quand meme aux urnes pour voter les moins mauvais.

    J'aime

    1. 3sh@ dit :

      Relisez le dernier paragraphe.

      J'aime

  9. Marc dit :

    Je suis d’avis que la majorité ne fais plus confiance à ces vendeurs de pays. De plus, meme ceux qui encouragent d’allers aux urnes savent exactement que c’est un coup ‘mal tayé’ et le jeu des mafieux.
    J’ai osé déclaré à un ami qu’à cause de la Carifesta, tous les aspirants aux postes legislatifs seront parachutés en 2e tour. Question de ne pas fragiliser le terrain de ce pauvre pays qui reçoit. Chose dite chose faite… Maintenant, c la problematique du calcul, les resulats sont provisoires et bla bla bla. Disons qqe mots sur le calcul des votes: Depuis qd un calcul des 25% soit une equation à n inconnus? Le CEP fait des pantalonnades pour justifier le detournement des votes (vos droits!) Enfin… Timoun kap jwe lan tè, timounerie(Himler Rebus)
    Vous n’étiez pas aux urnes le 9 Aout? Vous aviez tort le jour même, mais le temps vous a donné raison et soyez en fier aujourd’hui de n’avoir pas participer à cette masquarade d’idiots.
    Il faut l’admettre à présent: les Haitiens (ce qui auraient pu!) ne pourront plus rien faire pour leur pays! Ils sont pris au piège de la démocratie mal apprise.
    Il faudra sortir de cette impasse en imposant une régime anti-democratique progressiste et limité, ce qui ne fera pas le jeu de la CI; ou se faire coloniser encore une fois.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s