Ces enfants qui n’écoutent rien

Y est-il rien de plus tannant – on est au Québec ou on ne l’est pas – que des enfants qui n’écoutent rien ? En pleine période de fêtes, alors que les adultes ont tout fait pour leur payer de nouveaux jouets, ils s’amusent à les jeter, les casser et leur cracher dessus. En plus, ça braille, ça piaille, ça criaille. C’est à vous donner la migraine. Ils ne respectent rien. Même pas les injonctions. Même déguisées sous forme de souhaits. Alors, on s’improvise devin. On se lance dans des prévisions. Et pour quels résultats?

Le problème est que, la plupart des enfants n’écoutent pas leurs parents. Pas toujours. Surtout s’ils ne sont pas leurs « vrais » parents. Alors, ils se conduisent mal. Refusent de suivre les règles. La solution la plus simple est de ne pas en avoir. Éliminer la source du problème, c’est éliminer le problème. Le problème n’existant plus, il n’est plus besoin de trouver une solution. Pour ceux qui préfèrent se compliquer la vie toutefois,  voici trois conseils susceptibles de vous aider à mieux gérer votre enfant.

Conseil no 1: Chercher à comprendre pourquoi l’enfant se comporte mal. S’efforce-t-il de devenir autonome ? Lui en demandez-vous trop ? Peut-être se sent-il dépassé par vos exigences ? Peut-être se sent-il exclu des décisions que vous prenez seuls et qui l’impliquent pourtant directement? Alors, demandez-lui son avis, de temps en temps. Écoutez-le ou faites (bien) semblant. Sinon, il devient vite rancunier et là …

Conseil no 2: Faire preuve de beaucoup de patience … et, lorsque cela ne marche pas, d’une grande force pour faire passer votre message. Applicable dans le cas des enfants déterminés à ne rien écouter, à faire à leur tête. Il est utile, dans ces cas-là de faire appel à d’autres adultes,  oncles, amis de la famille, cercle proche… Pour vous soutenir et donner un coup de main. Mais, très souvent, plus fait douceur que violence…

Conseil no 3: Respectez votre enfant. Tous les enfants ont besoin d’être compris, de savoir que vous attachez de l’importance à ce qu’ils pensent, à leurs idées sur les façons d’améliorer une situation. Encouragez votre enfant à vous parler, vous dire quel comportement il trouve le plus adapté dans un contexte donné. Vous n’avez pas besoin de partager son  point de vue. Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord. Mais il a besoin de sentir qu’il a votre respect. Et s’il le sent, il sera plus enclin à faire ce que vous lui demanderez… la prochaine fois que vous lui organiserez des élections.

Publicités

6 commentaires Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s