Le Résident 

Contrairement aux autres candidats, il est resté silencieux. Il ne promet pas de faire un pont en huit jours, il ne distribue ni sachets d’eau ni allumettes à son effigie. Il ne se fait pas photographier avec deux malheureux paquets de riz alors que sa femme porte un T-shirt à ses couleurs et invitant à voter pour lui. Après Matthew, silence radio. Lui, qui pourtant n’est guère avare de promesses, ne dit rien, ne se montre pas, se tait. Il est ailleurs.

Toutes les fins de semaine ou presque, un candidat à la présidence part rejoindre les siens chez l’Oncle. Il part chaque vendredi et revient le lundi de très tôt, pour reprendre ses activités professionnelles. Ce vendredi-là, fidèle au rendez-vous, il s’assoit dans l’avion et se prépare au décollage. Quelqu’un qui normalement, ne paie guère attention à ses co-voyageurs le remarque, note la chose distraitement et replonge dans sa lecture de « 1000 coups de fouet, parce que j’ai osé parlé librement« .

L’ouvrage reprend quelques-uns des billets du blogueur saoudien Raif Badawi, condamné pour avoir exercé la loi de sa bouche. Des billets pourtant mesurés comparativement à ceux que vous lisez ici mais bon, nous ne vivons pas tous en Arabie Saoudite où, affirmer que les musulmans, les chrétiens et les athées sont égaux  et souhaiter une évolution de sa société, entraîne une condamnation à dix ans de prison, une amende pharaonique et un châtiment des plus barbares. Non, certains vivent en Haïti où des institutions reçoivent des menaces parce qu’elles accueillent des conférences et des projections de films autour de l’homosexualité. Mais, revenons à notre candidat.

À l’aéroport, lorsqu’il doit choisir sa ligne pour l’immigration, il délaisse celui des visiteurs et rejoint celui des Américains. Se pourrait-il qu’il ne soit pas Haïtien? Peut-être se trompe-t-il de ligne? L’erreur est suffisamment commune …. Voilà qu’il sort un document. Va-t-il sortir son passeport américain et confirmer la chose? Pour quelqu’un qui aime son pays, ce serait un comble! Mais, fausse alerte! Il n’a pas de passeport américain, il sort une carte verte, sa carte de résidence qu’il doit prévoir, lui aussi, de remettre à l’Ambassade américaine – comme si cela permettait de satisfaire à l’exigence des 5 ans de résidence de la Constitution – lorsqu’il deviendra Président.

La chose n’ayant aucune chance d’arriver, il n’est guère besoin de demander – comme pour le premier d’entre nous  – de qu’il s’agit. Vous n’aurez pas plus de réponse cette fois que la dernière. Mais, peut-être, après les élections, nous dira-t-il qui il est. D’ici là, il ne devrait plus être ailleurs.

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s