Le Résident 

Contrairement aux autres candidats, il est resté silencieux. Il ne promet pas de faire un pont en huit jours, il ne distribue ni sachets d’eau ni allumettes à son effigie. Il ne se fait pas photographier avec deux malheureux paquets de riz alors que sa femme porte un T-shirt à ses couleurs et invitant à voter pour lui. Après Matthew, silence radio. Lui, qui pourtant n’est guère avare de promesses, ne dit rien, ne se montre pas, se tait. Il est ailleurs.

Continuer de lire « Le Résident « 

Candidatite, quand tu nous tiens

Je devais avoir 16 ans quand un des candidats actuels à la Présidence – une (ex?) vieille connaissance de mon père – est passé à la maison annoncer son intention de se présenter aux prochaines présidentielles. La conversation était entre adultes mais comme j’étais amie avec son fils et que, à cet âge, l’on est prêt à tout pour éviter l’embarras à un ami, je trouvai un prétexte quelconque pour l’aborder et le supplier – s’il vous plait, Monsieur X – de ne pas y aller. Je venais de faire mentir l’image de Princesse Parfaite que ma mère s’était donnée tant de mal à créer, en révélant à la face du monde que j’écoutais aux portes. Mais qu’importe, j’avais un ami à sauver de la honte. Naturellement, son père ne m’écouta pas. Il avait un certain succès dans son domaine d’expertise, beaucoup de gens le connaissaient, l’on avait réussi à le persuader que la chose était possible et ce n’est pas une petite de 16 ans qui aurait réussi à lui faire changer d’avis.

Ma mère, qui comme toutes les mères, est généralement d’une grande sagesse … (Y est-il une école? Un cours secret? Elles apprennent ces choses où les mamans?) … Ma mère, disais-je donc, dans sa grande sagesse, partageait mon point de vue et trouvait la chose peu indiquée mais en profita pour m’apprendre une leçon que je n’ai plus jamais oubliée:

Il est deux choses dont il est vain d’essayer de dissuader quelqu’un: le mariage et la candidature à un poste politique. Lè youn ou lòt kenbe yon moun, se kite l.

La chose se vérifia l’été suivant quand un jeune cousin qui voulait absolument se marier – contre l’avis de la famille – finit par le faire – en présence de la famille – avant de demander le divorce au troisième jour de la lune de miel. Aujourd’hui encore, on ne peut jouer certaine chanson romantique, très populaire dans les cérémonies de mariage, sans qu’il ne prétexte d’un traumatisme profond pour demander de la changer.

Continuer de lire « Candidatite, quand tu nous tiens »