Des malheurs d’être une « intellectuelle »

Il était une fois une Haïtienne du pays qui commença un blogue, pour affirmer la loi de sa bouche certes mais aussi, pour soulager les oreilles de ses pauvres parents et amis qui devaient l’entendre jour après jour, tour à tour, râler, proposer, déplorer, recommander.

Ses parents et amis, plus masochistes qu’elle ne le savait, se sont pourtant mis à lire ses billets, à en discuter avec elle et à les partager avec d’autres. Magnanimes, ils aident désormais à échauffer les oreilles des autres, en toute générosité.

Parmi ces autres, se trouvent des personnes bien conscientes de leur importance qui voient dans la blogueuse, avons-nous appris, un problème stratégique parce qu’elle est rattachée à une université, parce qu’elle est une « intellectuelle ».

Voilà le mot lâché ! Une intellectuelle c’est la pire chose qui soit. Comme en toute chose, m’explique-t-on, l’excès en tout nuit et, quand on réfléchit trop, c’est trop. Surtout quand on est une femme.

Le plus drôle dans tout cela, c’est l’insistance de certains à vouloir me caser dans des boîtes. Ils peinent à comprendre que je ne suis pas intéressée à ce qu’ils ont à m’offrir.

Mon cerveau et moi avons la plus belle histoire qui ait jamais été. Lui et moi, c’est à la vie, à la mort. Pour toujours. C’est l’univers qui l’a voulu ainsi. Que personne ne sépare ce que l’univers a uni.

8 Comments

  1. Des malheurs de réclamer la Loi de sa bouche, pourrait-on aussi dire. Quel plaisir de savourer vos articles!!! Courts ou longs, ils invitent a la même profondeur de réflexion sur ce que nous sommes et vers ou nous voulons ou refusons d’aller.

  2. Recevez Madame, mes felicitations en cette Journée Internationale de la Femme. Puissent tes mots servent à jamais de réconfort et de refuge pour toutes les damnées de la terre.
    Un lecteur asidu et silencieux de vos blogues
    Merci

Laisser un commentaire