Accéder au contenu principal

Jean Fritz Jean-Louis

Le 11 septembre 2012, le citoyen Jean Fritz Jean-Louis est officiellement installé comme Directeur de la Loterie de l’État Haïtien. C’est une belle récompense pour cet homme qui a fait campagne avec le Président Michel Martelly et se voit ainsi confier la réalisation d’une importante « promesse de campagne »:


J’éprouve un grand plaisir à relancer aujourd’hui cette institution qui, depuis quatorze (14) ans, avait fermé ses portes à cause des bouleversements sociopolitiques. J’accomplis ainsi une promesse faite lors de ma campagne électorale et que le peuple avait approuvée, tenant compte des bienfaits qui peuvent découler d’une saine et rigoureuse gestion du secteur des jeux de hasard.

Allocution du Président Martelly à l’installation de Fritz Jean à la tête de la LEH.

La mission qui lui est confiée est de taille. La ministre de l’Économie et des Finances, Marie Carmelle Jean-Marie, qui a procédé à son installation lui rappelle l’urgence de l’heure:

Vous avez un délai d’un mois pour soumettre un avant-projet de loi régissant les missions, les activités de la Loterie nationale d’Haïti et le programme de restructuration de l’institution.

La Ministre Jean-Marie, à l’installation de Fritz Jean-Louis à la tête de la LEH

Lui, semble voir les choses plus modestement:

Cette réouverture va permettre aux amateurs de jeux de hasard de renouer avec cette pratique.

Fritz Jean-Louis lors de son installation à la tête de la LEH

Dix mois plus tard, en juin 2013, nous le retrouvons dans les colonnes du Nouvelliste, en « guayabera sombre frappée du logo de l’institution », impatient de voir arriver le jour de l’inauguration des locaux de la Loterie – comme il appelle affectueusement l’entreprise dont il a la direction. Dans cette visite guidée pour « une mince poignée de journalistes », le Directeur général se projette confiant:

Nous avons une première phase de régulation dans notre plan de relance et de restructuration. Une fois cette phase de régulation terminée, la Loterie va présenter de nouveaux produits dans une phase de développement institutionnel. 

et se fait rassurant:

Nous ne pouvons nous passer d’aucune association. Nous sommes conscient que l’Association nationale des tenanciers de borlette (ANTB) dispose d’un grand réseau de distribution dans tous les recoins du territoire.

Il n’en sortira pas grand chose – mais cela vous le saviez déjà. Fermée depuis 1999, la Loterie de l’État a rouvert en 2012 pour, au final, pas grand chose. Il y a bien eu cet épisode, le 23 octobre 2017, où des individus à bord d’une Prado blanche appartenant à la LEH auraient tiré sur des manifestants de l’opposition mais, cela, c’est un dossier pour l’actuelle directrice de la LEH arrivée en mai 2016, la bien nommée Marie Margareth Fortuné, qui a d’ailleurs été convoquée par le Parquet de Port-au-Prince à cet effet.

C’est que, en janvier 2015 déjà, le lundi 26 pour être précis, Monsieur Jean-Louis était installé dans ses nouvelles fonctions de ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des questions électorales.  La chose suivait une certaine logique, il était déjà en charge de la Loterie de l’État, autant le mettre en charge d’une autre loterie étatique. Le voici, en guayabera clair, (n’)expliquant (pas) au micro de radio Kiskeya, le processus d’attribution de subventions électorales aux partis politiques:

https://www.youtube.com/watch?v=v-MWWf65b00

Les élections se passèrent comme elles se passèrent. Nous eûmes une période de transition avec un Prince vert avant de nous retrouver avec un Seigneur de la Banane rose.

Monsieur Jean-Louis n’était pas du reste à son premier succès de grande envergure. On se souviendra de « ce rêve d’un nouveau Port-au-Prince possible » de 3.3 milliards de dollars que nous présentait, confiant, le Maire de la capitale, Yves Jason. C’était le 10 août 2011, l’administration rose était fraîchement arrivée au pouvoir et Monsieur Jean-Louis, s’exprimant au nom du Président Michel Martelly, se voulut rassurant. « L’Exécutif, martela-t-il, jouera le rôle nécessaire pour que ce projet devienne une réalité pendant son mandat. »

Le 15 décembre 2011, nous retrouvons Monsieur Jean-Louis, Secrétaire d’État aux collectivités territoriales, portant la parole du soutien de l’Exécutif aux mairies à tous les maires de la République. Au Palais Municipal de Delmas, en compagnie du Ministre Thierry Mayard-Paul, le voilà Père Noël annonçant des « virements évalués entre 230 000 et deux millions de gourdes ont été effectués sur le compte bancaire des mairies » pour les fêtes de fin d’année. Le Secrétaire d’État Jean-Louis rêve alors de création massive d’emplois dans « les 140 municipalités et les 570 sections communales du pays »:

Nous sommes en train de tracer une nouvelle voie vers le développement économique durable en concentrant nos efforts sur les investissements et la création d’emplois.

Fritz Jean-Louis aux maires de la République, 15 décembre 2011

Après une carrière dans l’administration publique pavée de tels succès, on se demande comment il a pu rater si spectaculairement sa mission de « sécuriser » la BRH. Utiliser un pickup sans plaque d’immatriculation, appartenant à un certain Jean Fritz Jean-Louis, conduit par un chauffeur de Preble-Rish Haïti S.A., transportant des mercenaires dont deux anciens membres de la fameuse Seal Team, à l’insu de la police nationale d’Haïti, c’est difficilement un combo gagnant. Dire que, il fut un temps, il se racontait qu’il s’intéressait à un poste à la Banque. Si c’est effectivement le cas, c’est plutôt raté, comme entretien d’embauche.

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils