Accéder au contenu principal

Les 7 mercenaires

Au soir du 14 février 2019, après neuf jours de silence, le Président Jovenel Moïse, après nous avoir bien fait comprendre qu’il ne laisserait pas le pays entre les mains de bandits et de dealers de drogues, s’adressa, à sa Valentine, la communauté internationale, en ces termes:

“Mwen remèsye tout zanmi nan kominote entènasyonal la… Mwen remèsye yo pou gwo sipò yo ba nou, sitou nan domèn sekirite e ke y ap toujou ba nou.”

Ces remerciements d’un président au ton belliqueux n’étonnèrent guère. Depuis le 18 novembre 2018, le Président a remis son sort entre les mains du Blanc. En effet, c’est à l’agent Merten qu’il doit d’avoir pu abandonner ses préparatifs de voyage. Le Core Group le maintient, il le sait. Quoi donc de plus normal que ces remerciements ?

Le 18 novembre 2018, nous découvrimes pour la première fois les mercenaires du Président. C’est le Directeur Général de la Police Nationale qui nous l’annonça tout de go: La police ne connaissait pas ces étrangers en treillis qui patrouillaient la ville, snipers compris. Depuis, le Directeur Gédéon devait ronger ses freins… jusqu’à l’arrestation des 7 mercenaires qui, depuis trois, jours, de rebondissements en rebondissements, défraient la chronique.

Tout commença par des photos se propageant comme une traînée de poudre sur Whatsapp avant d’atteindre aux autres réseaux sociaux :

https://twitter.com/laloidemabouche/status/1097330007830118400?s=19

Sur ces photos, des pièces d’identité, des plaques d’immatriculation et des « armes illégales » d’un groupe de présumés bandits multinationaux, arrêtés dans deux camions sans immatriculation : 5 Américains, 2 Serbes, 1 Haïtien. Le lendemain, nous apprendrons qu’au moins un des camions (pick-up) avait été acheté par l’ancienne et fameuse Directrice Générale du SMCRS, Magalie Habitant, et immatriculé au nom de Jean Fritz Jean-Louis, Conseiller du Président.

https://twitter.com/laloidemabouche/status/1098015034280763397?s=19

L’avocat et conseiller du président, Me Reynold Georges, nous avait entre temps appris qu’il s’agissait d’une banale affaire de casse de banque, la BRH pour être précis. Le Premier Ministre, lui, informait la presse internationale qu’il s’agissait d’une tentative d’attentat sur sa personne. Puis, coup de théâtre, une vidéo de nos mercenaires à l’aéroport Toussaint Louverture fait son apparition sur les réseaux sociaux:

https://twitter.com/laloidemabouche/status/1098371475529220096?s=19

On les y voit en touristes rentrant chez eux. La Présidence comme la Primature jurent ne pas savoir comment les mercenaires sont sortis du pays. L’ambassade américaine soutient que leur libération a été faite avec les autorités haïtiennes. Le Miami Herald réussit à éclaircir l’affaire : le ministre de la justice, Roody Aly aurait demandé à la la police judiciaire de confier les prévenus au soin de la justice américaine, en vertu d’une procédure jusqu’ici inédite. Toutefois, toujours selon le Miami Herald, et la logique la plus élémentaire, les États-Unis d’Amérique n’entendaient juger aucun d’eux. L’auraient-ils voulu, on ne voit sur quelles bases légales ils l’auraient pu.

Pourtant le célèbre Carel Pedre avait tenté de nous rassurer sur Twitter. Les mercenaires auraient été menottés à leur arrivée en terre américaine. Il était dans l’avion. Il l’a vu de ses yeux vus… Aujourd’hui, une publication de l’un des mercenaires sur Instagram a clos cette partie du dossier. Ils n’ont pas été relâchés par la police mais sauvés par la puissance et la gloire des États-Unis d’Amérique :

https://twitter.com/laloidemabouche/status/1099038022237147136?s=19

Entre temps, leur chauffeur et traducteur haïtien, Michael Estera – qui porte bien son nom – fâché de croupir seul en prison, a engagé un cabinet d’avocats pour le défendre. Il ne faisait que son travail pour la compagnie Preble Rish… qui s’empressera d’effacer sa page de présentation sur son site Internet :

https://twitter.com/JakobJohnston/status/1099051384891162627?s=19

Sur cette page se trouvaient les membres de la compagnie dont un certain Gesner Champagne, mari de Claudia Saint Rémy Champagne, la sœur de l’ancienne première dame Sophia Saint Rémy Martelly. Seraient-ce donc là les proches du Président Moïse que les mercenaires affirment avoir été employés à protéger ?

Mais, il y a mieux, Preble Rish a été l’une des compagnies intervenant sur les projets financés par les fonds Petrocaribe. Avec un contrat signé quatre mois avant la publication de l’autorisation de fonctionnement de l’entreprise dans le Moniteur…

https://twitter.com/laloidemabouche/status/1099130832210538496?s=19

Décidément, tous les chemins mènent à #PwosèPetroCaribeA.

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

7 pensées sur “Les 7 mercenaires Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils