Ti Mako

Pour L. qui vient de m’apprendre l’existence de cette annonce publicitaire et qui croit que, si j’écris un billet à ce sujet, mes « lecteurs et lectrices vont sûrement faire en sorte que l’Étoile S.A. présente ses excuses et la retire des ondes » . 


À la radio, une femme explique à son voisin la dernière correction qu’elle a dû administrer à son restavèk Ti Mako à cause d’une commission ratée. Le jeune garçon aurait acheté la mauvaise marque de dentifrice, forçant sa propriétaire – autant appeler les choses par leur nom – à sévir contre lui pour cette inexcusable méprise. Heureusement, le voisin est là pour expliquer en détail comment ne plus faire erreur sur la marchandise –  l’emballage est vert et contient un hologramme – et permettre à Ti Mako qui, apparemment écoutait la discussion, de « marcher maintenant », sur l’ordre de sa maîtresse, et présumément rapporter, cette fois,  le bon produit.

Cette pièce radiophonique n’est pas le début d’une campagne de dénonciation contre la pratique des enfants en domesticité dans la première république noire. Il s’agit d’une publicité pour un produit « haïtien » d’une compagnie haïtienne et consommé en exclusivité par des Haïtiens. Une publicité qui passe l’air de rien sur l’une de nos stations de radio les plus écoutées sans autrement inquiéter :

  • L’institut du Bien-être Social et de Recherche ou le Ministère des Affaires Sociales dont il dépend,
  • Le senatus scribendi et ses honorables collègues grands défenseurs de la famille et de la morale ou même
  • Les VPR de Dieu sur cette terre.

Laissons de côté un instant le fait que Ti Mako n’a possiblement pas pu reconnaître la marque désirée parce que, en dépit de nos multiples campagnes d’alphabétisation, il ne sait pas lire – j’y reviendrai dans un prochain billet – et ce que cela implique en terme de préjugés du concepteur de la publicité. Ce qui scandalise ici, c’est la normalisation de deux actions absolument inacceptables : la maltraitance des enfants et l’esclavage moderne.

C’est l’un des paradoxes les plus brutaux – dans plus d’un sens – de la société haïtienne. Pour avoir été les premiers asservis à dire non à l’esclavage et réussi à conquérir notre liberté et notre indépendance, nous n’en demeurons pas moins un pays où entre 200 et 300 mille enfants vivent en domesticité. Le Foyer Maurice Sixto, connu pour sa lutte contre cet esclavage qui ne dit pas son nom, raconte le quotidien de ces enfants dont les parents miséreux confient la garde à un parent un peu mieux loti – généralement des couches urbaines défavorisées – dans l’espoir de lui garantir un meilleur avenir.

L’enfant en domesticité … accomplit des corvées ménagères (nettoyage, lessive, préparation des repas, garde des enfants…), fait les courses et accomplit toute autre tâche requise par les parents d’accueil […]

Mal nourris, maltraités, ils sont battus, injuriés sans raison et ils servent de boucs émissaires aux autres personnes de la maison quand les choses vont mal.

Les choses allant souvent mal en Haïti, autant dire qu’ils sont les derniers souffre-douleur dans la chaîne de nos abus. Une position qu’ils occupent si naturellement dans notre société qu’ils figurent sans complexe dans une publicité pour une dentifrice dont la page Facebook se vante – baillon efficace oblige –  de  « vers[er] [son] expertise au [produit qu’il] fabriqu[e] afin que votre santé bucco-dentaire sera toujours à son meilleur » [sic] et affiche un taux d’approbation de 4.3 sur 5.

Ti Mako n’ayant pas de compte Facebook, la chose s’explique peut-être, mais comment justifier qu’en 2017, nous en sommes à attendre qu’il se défende lui-même ? Ne suffit-il pas qu’il soit l’un de nous, Haïtien et être humain, pour que nous embrassions sa cause ? Ou allons-nous, de peur de faire peur au Blanc, continuer de faire semblant de ne pas voir et exiger de  Ti Mako que, comme le lui demande sa maîtresse, il la ferme, « marche maintenant » et laisse marcher notre pays?

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marcelle dit :

    C’est vraiment malheureux que l’on continue de promouvoir la domesticite dans le pays a travers un spot publicitaire! Quand est ce que ca va cesser?

    J'aime

    1. Quand nous déciderons que nous en avons eu assez et agirons en conséquence.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s