Accéder au contenu principal

Ayiti College est une arnaque, mais cela vous le saviez déjà

Hier soir, le site du Nouvelliste a publié une lettre du professeur Jozef Kwaterko de l’université de Varsovie dénonçant une “escroquerie financière” – le journal est gentil et titre sur le “respect des engagements envers des étudiants haïtiens en difficulté en Pologne“. Le professeur, qui ne cache pas sa colère, écrit au directeur exécutif d’une fondation Ayiti College – un nom qui n’est pas étranger aux lecteur.rice.s de ce blogue.

Le 8 juillet 2020, j’alertais sur une arnaque qui me semblait évidente. Une bourse pour laquelle on doit payer une compagnie dissoute depuis le 7 avril était évidemment fausse. Je pris la peine d’expliquer pourquoi la “bourse”d’Ayiti College, courtoisie de Carel Pèdre, n’en était pas une. J’étais alors convaincue qu’il s’était fait avoir et lui suggérai de travailler avec une organisation bien plus sérieuse, il a préféré me traiter de “hater” s’empressant d’écrire un billet sur quelque chose dont elle ne savait rien.

Naturellement, j’en savais quelque chose puisque mon billet démontrait, preuves à l’appui, qu’il s’agissait d’une fraude. L’Internet haïtien ne s’y trompa pas d’ailleurs, avec plus d’un millier de visiteurs par heure sur le blogue, sans compter les copier-coller sur Whatsapp; le message était passé.

Certaine “influenceuse” qui, paraît-il, aurait eu sa propre petite arnaque sur des opportunités au Bénin, s’essaya à m’injurier. D’autres, fidèles à leur animateur vedette, m’accusèrent d’être aigrie. L’on s’essaya à justifier l’injustifiable. Ticket Magazine, le journal people du Nouvelliste, titra sur la “bourse”, en mentionnant au passage de vagues “critiques lancées à l’encontre de cette initiative sur les réseaux sociaux” auxquelles Monsieur Pèdre et Ayiti College auraient répondu lors d’un “live”. En réaction, je signalai que ce, faisant, le journal s’était fait complice de l’arnaque.

Quelqu’un du journal m’a appelée au téléphone pour me dire que la journaliste avait essayé de me joindre au téléphone sans succès – c’est possible, depuis le Petrocaribe et depuis que j’ai failli y passer, je ne prends pas les appels de gens que je ne connais pas – mais le billet était là et les informations sourcées, la recherche d’un showdown he said/she said qui semble être le modus operandi de certains medias ici n’était absolument pas nécessaire; je ne m’y serais pas prêtée de toute façon, mes billets parlent d’eux-mêmes. J’ai même eu la gentillesse de multiplier les tweets sur le dossier pour celleux qui n’aiment pas lire de longs textes; le journal n’avait donc aucune excuse.

Hier soir, c’est par le Nouvelliste et d’autres, que le Professeur Kwaterko, a décidé de passer pour dire: Assez !

LISEZ BIEN, MONSIEUR [ABRAHAM SEAN] CORMIER, CE QUE J’AI À VOUS DIRE À LA FIN:

Si d’ici, vendredi 3 juillet, au mercredi le 8 juillet 2020, vous ne vous acquittez pas de vos responsabilités financières, donc du paiement dû par virement légal sur le compte de l’Université de Vistula de 6.200 euros (au total), c’est-à-dire, pour chacun des quatre, 200 euros pour les frais d’inscription + 1350 euros pour les frais du cours préparatoire d’anglais qu’ils viennent de terminer avec succès, je vais prendre des mesures qui vont sérieusement et définitivement vous compromettre personellement ainsi que la Fondation que vous dirigez, à savoir:

1. Je vais mettre au grand jour, avec maints détails et preuves à l’appui, la situation dramatique et scandaleuse dont souffrent les étudians et le sort que vous leur réservez (déportation, échec existentiel, cul-de-sac après le retour en Haïti)

2. Je vais avant tout écrire une lettre aux rédacteurs en chef des plus grands journaux et quotidiens en Haïti et dans la diaspora: Le Nouvelliste, Le National et Haitian Times de NY. Je vais également poster ma lettre sur le FB et les sites de réseaux sociaux influents en Haïti. Je vais en parler à la presse en Pologne

3. Je vais tenir au courant de vos activités frauduleuses et oppressives vis-à-vis des étudiants, monsieur Claude JOSEPH, le ministre des Affaires étrangères.

– les politiciens : le sénateur Steven Benoît et l’ancien Ambassadeur, Daniel Supplice

– le PEN haïtien et les écrivains et intellectuels qui en sont membres dont : Michel Soukar, Yanick Lahens, Lyonel Trouillot, Évelyne Trouillot, Emmelie Prophète, Kettly Mars, Gary Victor et les personnalités de renommée internationnale qui résident en dehors du pays comme Dany Laferrière de l’Académie Française, Frantz Voltaire, directeur de CIDIHCA à Montréal, Rodney Saint-Éloi, directeur des éditions Mémoire d’Encrier, monsieur René Depestre, mon ami de Luzignant-Corbierre au sud de la France ainsi Louis-Philippe Dalembert, James Noël et Macenzy Orcel résidant à Paris

– Le comité exécutif du Rectorat de l’UÉH : le Recteur Fritz Deshommes, les vice-recteurs, Jacques Blaise et Hérold Toussaint. Je collabore avec l’UÉH (École Normale Supérieure) depuis le séisme de janvier 2010, ayant obtenu une bourse d’études de 5 ans (BA + MA) pour accueillir 10 étudiants à l’Université de Varsovie entre 2011 et 2015.

– Le Professeur Jacky Lumarque, recteur de l’Université Quisqueya. – Maître Salim Succar, consul honoraire de la Pologne en République d’Haïti – Mme Agnieszka Pawluk, consul(e) de la République de Pologne à Panama City, chargée des relations consulaires avec la République d’Haïti.

4. Je vais me porter témoin dans les poursuites entamées vis-à-vis de vous en Pologne et à l’étranger.

Jozef Kwaterko, “Le professeur Jozef Kwaterko appelle AYITI College à respecter ses engagements envers des étudiants haïtiens en difficulté en Pologne”, Le Nouvelliste, 4 août 2020

Je comprends parfaitement “le chagrin et la colère” qui ont décidé le professeur à écrire. C’est la grande tragédie des professeurs, même à nos corps défendant et souvent dans l’incompréhension la plus complète, nous finissons par nous attacher à nos étudiant.e.s et à vouloir les défendre, du bec et des ongles, contre un monde injuste, au prix de sacrifices énormes. Le billet initial dénonçant l’arnaque partait du même sentiment: je voulais éviter aux jeunes qui auraient pu y croire de se trouver dans la situation qui, depuis le 23 janvier 2020, a motivé le professeur Kwaterko à écrire, encore et encore, pour défendre les sien.ne.s.

Je ne peux m’empêcher de regretter de n’avoir pas été au courant en septembre dernier de l’existence de ce “collège”; peut-être aurais-je pu leur éviter ces malheurs. Les lettres du professeur Kwaterko les auront toutefois suffisamment acculés pour qu’ils s’essaient au système de Ponzi d’une bourse marquant le quarantième anniversaire d’un animateur célèbre. Ce qui, à son tour, a attiré mon attention d'(ex-) professeure blogueuse. Une belle coopération interuniversitaire à distance, s’il en est.

Le 3 août 2020, Monsieur Pèdre annonçait le gagnant de la bourse Carel Pèdre dans une certaine indifférence.

La lettre du professeur Jozef Kwaterko est arrivé un jour plus tard pour terminer d’enterrer la fausse bourse et, avec un peu de chance, les espoirs politiques du sponsor précédent, “M. Victor Prophane, ancien député de l’Artibonite et chef actuel du parti politique Bouclier”.


PS: Cette histoire de bourses m’a donné une idée; celle de regrouper des offres de bourses pour les étudiant.e.s haïtien.ne.s et de leur offrir un accompagnement gratuit pour postuler à celles-ci. J’en ai discuté avec mes collègues à Ayiti Nou Vle A et l’initiative #BousPouAyitiNouVleA est désormais une réalité. Vous pouvez y contribuer en ajoutant les offres de bourse sur le site au http://www.ayitinouvlea.org/bous ou en vous portant volontaires pour l’accompagnement des demandeurs de bourses. Écrivez-nous à bous@ayitinouvlea.org et évitons que d’autres jeunes se retrouvent dans la situation de Nelly Guerrier, Stacy Volcy, Stéphanie et Miranda Saget, John Dalton Sinor.

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

3 thoughts on “Ayiti College est une arnaque, mais cela vous le saviez déjà Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils