Accéder au contenu principal

Une très longue semaine

Chez les Chaldéens, la semaine – du latin septimana, septième – existait déjà. Elle désignait grosso modo, un quart de lune, sept jours donc. Dans toute la Mésopotamie, dans l’Empire romain et même dans la Bible, la durée de la semaine est constante. Dès la Genèse, où Dieu créa le monde en 6 jours et se reposa le 7ème. La chose semble donc établie. Une semaine dure 7 jours. C’est dans l’étymologie même du mot. Pourtant, voilà aujourd’hui un mois depuis que notre Secrétaire d’Etat à la communication, Monsieur Eddy Jackson Alexis, nous a annoncé une excellente nouvelle dans le cadre du futur procès Petrocaribe et que sa semaine n’arrive pas…

Le réflexe premier est de penser qu’il nous avait menti, sciemment parce qu’il voulait calmer le jeu, ou sans le vouloir, parce qu’on lui avait caché le jeu. Mais ce n’est pas le style de la maison. Ce n’est pas comme si nous avions un président dont le prénom est désormais synonyme de mensonge. Ou un ancien président, du même parti que l’actuel qu’il a d’ailleurs désigné comme son successeur, qui félicita publiquement son ministre de la communication pour sa grande capacité à mentir. Ici, nos dirigeants ne mentent pas. Il fallait donc trouver une autre explication.

C’est que, voyez-vous, le temps n’existe pas. C’est une illusion. Notre réalité existe au sein d’un espace-temps qui ne s’écoule pas et ce serait notre incapacité à traiter toutes les informations que nous recevons qui expliquerait notre recours au temps. Or, Dieu sait que nous recevons des informations sur les fonds Petrocaribe. Des commissions qui apparaissent et disparaissent. Des chefs de cabinet présidentiel qui pleurent à la télé puis disparaissent. Des stades qui jamais n’apparaissent. C’est beaucoup. C’est confondant. Ça donne l’impression du temps qui passe alors qu’il n’en est rien.

Aristote, réfléchissant sur cete question immuable du temps, proposait que celui-ci était la mesure du changement. Il ne s’écoule que si quelque chose change. Or, rien n’a changé depuis l’annonce de monsieur Alexis. Absolument rien. Nous n’avons toujours pas le rapport de la Cour des Comptes. La publication des contrats Petrocaribe promis par le Premier ministre se fait attendre. La situation d’insécurité multiforme qui est la nôtre demeure imperturbée. (imperturbable ?).

Il n’est donc que d’attendre. Les 7 jours devraient arriver bientôt.

Catégories

Histoire et Sel, Magique

Mots-clés

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils