fbpx

La girafe et l’acacia

La girafeūü¶í adore les feuilles ūüćÉ de l’acacia. Elle en raffole. Il n’y a rien qu’elle aime plus au monde. L’acacia, contrariante, d√©cide de n’avoir des feuilles qu’√† sa cime, tout en haut. La girafe se dote d’un cou long, tr√®s long. L’acacia s’√©quipe d’√©pines, bien fines et pointues. La girafe allonge et raffermit sa langue ūüėĚ.

L’acacia a une id√©e. Puisque la girafe refuse d’entendre raison, autant chercher du renfort. L’acacia d√©veloppe une toxine qui, lorsque la girafe se nourrit √† un arbre, pr√©vient les autres arbres en √©mettant un signal chimique pour qu’ils puissent eux aussi produire cette toxine. Que nenni ! La girafe s’approche des arbres sous-le-vent, de sorte que l’odeur du premier n’arrive pas aux autres.

Voil√† des mill√©naires que cela dure. C’est l’√©volution lamarckienne o√Ļ “tout ce qui a √©t√© acquis, trac√© ou chang√© dans l’organisation des individus pendant le cours de leur vie, est conserv√© par la g√©n√©ration et transmis aux nouveaux individus qui proviennent de ceux qui ont √©prouv√© ces changements“. (4√®me loi)

C’est l’adaptation. Une recherche constante d’harmonie avec le milieu qui nous entoure. Il s’agit de survie certes mais il s’agit aussi d’√©quilibre.

En 1995, au Kenya, un biologiste am√©ricain eut la bonne id√©e d’intervenir et de “prot√©ger” les acacias des girafes. Comme trop souvent avec les interventions am√©ricaines, cela s’est mal termin√© pour … les acacias tomb√©s victimes de fourmis parasites.

Magique

Patricia Camilien View All →

How about we let the writing do the talking?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :