Accéder au contenu principal

Le réseau des journalistes culturels haïtiens vole la vedette à Ticket Magazine

Il appert qu’une organisation de journalistes haïtiens aurait décerné le titre de Directeur général le plus dynamique de l’année à Dangelo Néard, pitit soyèt se son état. Voilà donc le concerné affichant fièrement sa distinction sur ses comptes sur les réseaux sociaux – dans une certaine indifférence. Je m’en veux presque de lui offrir, par ce billet, un peu de publicité mais j’en prends le risque puisque cela me permet de rappeler, en cette fin d’année 2020, que le directeur général de notre Bibliothèque nationale a de sérieuses accusations d’abus sexuels, notamment sur mineures, contre lui.

J’ai commencé par m’enquérir de ce réseau de journalistes pour découvrir qu’il s’agit d’un groupe Facebook de 4000 âmes créé en 2011 dont le nom a été changé en mai de cette année. Sans plus. Pas de site web. Pas même de page Facebook. Un groupe dont le nom a récemment changé et dont la direction générale est assumée par 3 individus vivant à l’étranger : l’homme de théâtre James Fleurissaint (Sarcelles, France), le metteur en scène David Mezy (Montréal, Canada) et la syndicaliste Marie Pierre Winckel (Lille, France). Cette dernière administre le groupe Facebook avec l’aide de deux modérateurs.

Il faut attendre la 3ème page de recherche sur Google pour trouver une référence autre que le groupe Facebook lui-même en langues différentes. Trois en fait. La page Facebook de la Bibliothèque nationale, le compte Twitter de son directeur et le compte personnel de Monsieur Fleurissaint.

Capture d’écran en date du 30 décembre 2020

Il y a quelques jours, je demandais – quelque peu espiègle – à qui Ticket Magazine allait décerner le prix du prédateur sexuel de l’année. Les paris jusqu’ici étaient en faveur d’un grand ami du magazine, Yves Jean-Bart, blanchi par la justice haïtienne et sanctionné par la FIFA. Ce doit être difficile pour LE magazine culturel d’Haïti de se faire ainsi coiffé au poteau par un groupe Facebook dirigé par des membres de la diaspora et dont le nom a changé en mai dernier, moins d’un mois après la nomination d’un certain directeur général. Ce doit être tout aussi rageant pour le pauvre Dr Jean-Bart de se voir ainsi damé le pion par un journaliste culturel blanchi par les médias haïtiens et sanctionné par RFI.

Tout n’est pas perdu toutefois. Il y a trois jours j’apprenais qu’une des victimes d’Yves Jean-Bart allait porter plainte. Romain Molina vient de l’annoncer ce matin, c’est fait.

No Title

Une ancienne joueuse du centre FIFA-Goal a porté plainte au tribunal de première instance de La-Croix-des-Bouquets contre Dadou pour agression sexuelle. Elle était mineure au moment des faits.Cette fille a un courage dingue vu les pressions et menaces exercées par le clan Dadou

L’année 2021 pourrait être l’année du bon docteur. En tout cas, je le lui souhaite.

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

One thought on “Le réseau des journalistes culturels haïtiens vole la vedette à Ticket Magazine Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :