À propos de la grève des médecins résidents

Vous êtes nombreux à me demander d’expliquer mon silence sur le mouvement des médecins résidents des hôpitaux publics. La demande est justifiée, je vous ai habitués à me voir m’exprimer sur divers sujets et je comprends – et mesure certainement l’honneur implicite que vous me faites – que mon silence vous interpelle. Je me suis toutefois engagée à n’écrire de billet sur ce blogue que si je suis convaincue que j’ai  quelque chose à dire et à partager.

Sur la question en discussion, je ne réagis pas encore parce que je ne sais pas trop comment l’aborder. Je déplore certes la situation mais ne peux me prononcer plus avant, n’ayant ni les données ni les références nécessaires. Fort heureusement, Johnson Deshommes, étudiant en médecine qui rêve déjà de son internat l’année prochaine, a bien voulu partager avec moi puis, à ma demande, avec vous, son point de vue sur la question. Je reproduis son commentaire ici et vous invite au débat.

Continuer de lire « À propos de la grève des médecins résidents »

Les arracheurs de dents

Ils arrivent demain. Déjà, nous nous faisons une fête à l’idée de la bonne réputation que leur arrivée va nous faire dans la communauté. Eux, se font une joie des belles photos qu’ils pourront poster sur tous leurs réseaux sociaux, aux meilleures poses et aux hashtag stratégiques pour maximiser les likes, reblogs et retweets. Nous, c’est le pasteur, l’élu local ou autre facilitateur ayant l’honneur non négligeable d’amener des Blancs dans une petite communauté du pays en dehors. Eux, ce sont les volontouristes médicaux venus, le temps d’une mission, « changer leur pour profil Facebook« .

Ils payent chers pour l’opportunité. Les voyages humanitaires sont désormais des forfaits tout inclus offerts par des agences spécialisées, généralement des églises chrétiennes. Le forfait est d’un attrait indéniable qui en garantit la popularité. Il est conçu pour offrir une expérience inoubliable à ceux qui l’achètent : voyage aseptisé dans un lieu exotique et raisonnablement « dangereux » ; expérience médicale à prix mini et zéro risque de poursuites en cas ďerreur; gratitude des locaux démunis face à leurs sauveurs étrangers ; sentiment religieux d’avoir bien servi son Dieu et incarné son incommensurable compassion; enfants sales, maigres et trop mignons qui feront d’excellents accessoires de photos.

Continuer de lire « Les arracheurs de dents »

Nourrir la République

J’ai cherché sans succès les appels d’offre pour nourrir les fonctionnaires de la République. Si l’attribution des marchés publics suppose, généralement, la publication d’appels d’offre dans des quotidiens à grand tirage – et donc Le Nouvelliste – certains font l’objet de publication plus confidentielle, sous forme de notification, après identification préalable du contractant qui correspond le mieux aux critères établis. Le 25 mai 2012, relevant les seuils de passation de marchés publics – en les multipliant par 8 – l’administration Martelly-Lamothe reconnaissait le bien-fondé de la pratique et légalisait, dans les faits, ces accords de gré à gré et autres attributions de contrat sans appel d’offres. 

Un des domaines où cette pratique s’est retrouvée renforcée est celui de la fourniture de repas aux serviteurs de la République. La nourriture étant un sujet particulièrement sensible et aux enjeux importants, il importe de bien choisir les prestataires qui seront chargés de nourrir nos élus, nos policiers ou, encore, les correcteurs du baccalauréat que celui-ci soit ponctuel ou permanent. Aussi, nos responsables politiques s’assurent-ils de choisir des personnes de confiance, généralement leurs maîtresses ou, pour les plus vertueux d’entre eux, leurs épouses.

Continuer de lire « Nourrir la République »

Quand nous devons partir nous faire soigner

Dans mon dernier billet, je parlais de la décision du Prince de ne pas passer à l’heure d’été et du brave éditorialiste qui lui a reproché… de ne pas s’être enquis des sentiments du secteur privé sur la question. J’y opposais le droit de nos médecins-feuille à la bonne vraie heure solaire nationale seule capable de garantir l’efficacité de leurs simples à ces millions d’Haïtiens qui n’ont pas accès à des soins de santé adéquats, y compris notre Président Provisoire qui a dû, lui, se rendre chez nos voisins.

Continuer de lire « Quand nous devons partir nous faire soigner »