Il était une fois Dimitri Hérard

Dimitri Hérard, dont la sœur, Elodie Hérard, est, avec Carl-Frédéric Martin et Patrick Ganthier, porte-nom propriétaire de l’ex-nouvelle fabrique d’armes de la République, n’est pas avare de stupeur. Le chef de l’Unité de Sécurité Général du Palais National (USGPN) semble plutôt les cultiver. C’est ainsi que, il y presqu’un an, à la stupeur générale et celle du chef de la police en particulier, il avait … Continuer de lire Il était une fois Dimitri Hérard

Admirez les armes de la nouvelle armée

Décidément, il n’y a aucune limite au ridicule dans ce pays. Aujourd’hui 18 novembre 2017, nous avons lancé la commémoration de la geste de nos ancêtres vodouisants par une belle messe catholique, et en français, question de bien signifier la victoire de l’armée indigène sur l’armée napoléonienne. Puis, nous avons, restauré notre fierté de peuple, en anglais, comme en atteste ce magnifique tweet du social media manager des deux têtes de l’Exécutif :

Continuer de lire « Admirez les armes de la nouvelle armée »

Lame ak lekòl sa n pi pito: vous n’avez pas le choix

Lorsque le Costa Rica abolit son armée, le pays venait de sortir d’une guerre civile de deux mois dont le social-démocrate José (Don Pepe) Figures fut le vainqueur. Don Pepe prit le pouvoir, nationalisa les banques et abolit l’armée. L’argent jusque-là investi dans l’armée a été réorienté vers le financement des universités publiques et trois hôpitaux et les militaires invités à rentrer à l’université. C’était, il … Continuer de lire Lame ak lekòl sa n pi pito: vous n’avez pas le choix

L’enseignant a une plume, le soldat, une arme 

L’on veut à tout prix nous donner une armée. C’est plus qu’important, vital, nous explique-t-on. Notre armée, nous apprend-on, va nous protéger contre tous les dangers : étrangers (dominicains) et locaux (cyclones et tremblement de terre et autres inondations).   Le retour de l’armée va enfin nous permettre de retrouver notre souveraineté et notre fierté de peuple et garantir la stabilité. Après tout, l’histoire de … Continuer de lire L’enseignant a une plume, le soldat, une arme 

Il y a 59 ans, un (ancien) président provisoire partait, nous plongeant dans la tourmente

Nous sommes le 14 juin 1957, un chef d’état-major s’apprête à renverser le président qui l’avait pourtant choisi et élevé à cette fonction. Le général Antonio Thrasybule Kébreau et ses camarades militaires digèrent mal le sétoupamisme de celui qui a été un pionnier de l’utilisation du rouleau compresseur. Le 14 juin 1957, dix-neuf jours après sa prise de fonction, ils démissionneront le président avant de l’expédier à Miami à bord d’un avion de l’armée.

Continuer de lire « Il y a 59 ans, un (ancien) président provisoire partait, nous plongeant dans la tourmente »

Nous sommes laids mais sommes-nous là ?

Aujourd’hui, le plus ancien quotidien d’Haïti nous apprend que notre Président-chanteur, populiste d’obédience duvaliérienne, vient de remobiliser officiellement l’armée. Dans un de ces décrets en catimini dont il a désormais le secret, le Président Joseph Michel Martelly, s’évertue à laisser, comme s’en targuait son grand et défunt ami Jean-Claude, des cigarettes allumées aux deux bouts à son successeur. Parachutes dorées, communes contestées, militaires dé-démobilisés… rien n’est trop laid pour celui qui succédera à Monsieur Martelly, le 7 février prochain. Son Excellence ne regarde pas à la décence. Quelque soit celui sur lequel se portera le choix de nos meilleurs, il sera bien gâté.

Continuer de lire « Nous sommes laids mais sommes-nous là ? »