Il fut un temps, l’Église

Dans Misère, religion et politique en Haïti,  André Corten (2001:65) note que de 1984 à 1986, les Ti Komite Legliz  sont presqu’aussi nombreux en Haïti qu’au Brésil. Ce grand succès de la théologie de la libération sur la terre de Dessalines, nous la devons à une véritable « transformation » d’une Église catholique confrontée à la concurrence des missions protestantes et décidée à se réinventer. Voilà désormais l’Église animant la … Continuer de lire Il fut un temps, l’Église

En odeur de sainteté

Aujourd’hui, Mère Teresa, béatifiée par Saint Jean-Paul II le 19 octobre 2003, devient une sainte catholique. Elle rejoint officiellement l’Église triomphante (logée au Paradis) pouvant intercéder auprès de Dieu pour l’Église militante (dans l’attente du Paradis). Désormais, le catholique fervent pourra faire appel à elle pour la prier d’intervenir auprès du Grand-Maître pour lui-même ou ses défunts. Le procédé rappelle – toute proportion gardée – la référence aux loas dans le vaudou haïtien, d’autant qu’une cérémonie similaire a lieu, un an et un jour après la mort d’un grand hougan, pour attester de sa transformation, ou non, en loa. L’Église Catholique exige des miracles – deux au moins depuis Vatican II, nous y reviendrons – le vaudou exige la prise de possession d’un adepte (chwal). Les deux exigent de ceux passés de l’autre côté une manifestation évidente de leur réussite et de leurs nouveaux pouvoirs.

En 2012, un empereur bizango, qui officie dans la commune de Ganthier, m’avait invitée à assister au leve dlo* de son père décédé l’année précédente. Je n’ai pu m’y rendre – j’avais des obligations professionnelles en dehors d’Haïti – et je le regrette encore aujourd’hui. Cela a dû être autrement plus excitant que la « controverse » de la canonisation de Mère Teresa, n’en déplaise aux protagonistes. Alors que ses fans se réjouissent de la nouvelle, d’autres prétextent de ses mésalliances avec les grands dictateurs de ce monde – dont un bien proche de nous – pour contester la « sainteté » de ses actions. La polémique, il me semble, est aussi spécieuse qu’inutile. Elle est à classer avec celle autour du burkini ou à propos des fondateurs de la Fokal. Elle participe du triomphe de ce que je prends plaisir à appeler la trumpisation de l’espace public: une pollution du discours public où les débats cèdent la place au buzz. Un certain candidat au Sénat doit savoir de quoi je parle; quelques emprunts au langage martellien de l’injure et des gros mots bien sentis et voilà sa campagne lancée! Continuer de lire « En odeur de sainteté »

Premye peche nou

 @shelsonjacques deside bay kout men nan tradiksyon biyè blòg La loi de ma bouche yo an kreyòl. Li fèt e grandi Gonayiv. Li gen yon fòmasyon nan Syans Jiridik. Li se manm plizyè òganizasyon sèvis sosyal, sitou nan domèn pwomosyon ak defann dwa moun. Ansyen chanpyon nan konkou dikte kreyòl, Shelson swete lang lan pran plas li tout bon vre nan ledikasyon, pwodiksyon syantifik, pataj enfòmasyon … Continuer de lire Premye peche nou

Notre péché originel

Il était une fois le premier cardinal d’un petit pays noir comme Cham et pauvre comme Job. C’était la première fois que ce petit pays pauvre et noir, doublement maudit, voyait un des siens élevé à la pourpre cardinalice. Tout le pays lui fit une grande fête et remercia le Pape de Rome de lui avoir fait un si grand honneur. Le cardinal remercia son pays, comme c’est la coutume de la Sainte Église, en lui plantant un couteau dans le cœur. Continuer de lire « Notre péché originel »