Jésus de Nazareth

Pour attester de l’existence du plus célèbre des juifs – avec Karl Marx – on use généralement de trois catégories de sources : romaines, juives et chrétiennes. Les sources romaines, pays concordataire oblige, sont bien connues chez nous. Surtout Pline le Jeune, proconsul de Bithynie, né 61 après Jésus-Christ et qui, vers l’an 110 parlait dans sa lettre (X, 96, 5-7) à l’empereur Trajan de … Continuer de lire Jésus de Nazareth

Satan

Pour W. qui veut savoir pourquoi le diable existe Le Yahvisme – précurseur du Judaïsme – était un culte hénostéiste adorant Yahvé comme le dieu d’Israël, tout en reconnaissant d’autres dieux du panthéon canaanite. Le couple divin formé par Yahvé et Asherah, sa mère et consort, est au centre de la foi des premiers Juifs. « Reine des Cieux », Asherah est, à l’origine, la déesse consort … Continuer de lire Satan

Bondye ak Seza

Nou nan lane -399, yon pwosè nan vil Elye (Héliée) etone tout moun. Socrate, gran filozòf vil atèn nan, akize kòm kwa li ta pase nan betiz Dye Site yo. 5 lane avan sa, Atèn, vil wololoy la, sant monn lan ak kote sivilizasyon te pran nesans, te sibi yon gwo defèt pandan lagè Peloponnèz la. 5 lane avan sa, anpi Atèn nan t apral tonbe pou l pa janm leve kanpe ankò.

Te vin gen gwo kriz ekonomik ak tansyon politik apre gè a. Anpil kesyon t ap poze sou mòd vi Atenyen yo, men de jou an jou repons yo te vin pi difisil pou jwenn. Nan ka sa a, fòk yo te jwenn yon moun pou bay pote chay la. Sokrat, ki te bay tèt li non « Mouch chwal» Atèn nan, epi ki te gen disip li yo ki te fin fou ap itilize metòd sokratik la kòm zam pou kritike Atèn-vil-wololoy la, se li ki te pharmakos ideyal la. E yo te akize l kòm kwa:

  • Li pa rekonèt Dye Site a rekonèt yo;
  • Li vini ak nouvo Dye ;
  • L ap kòwonp jèn yo (Xénophon, Mémorables (I, 2, 12-27) ;

Devan jij yo, Socrate, ki te gen 70 lane, rete koyeran, li kesyone tout sa ki t ap di yo, li nève moun yo ak agowans li epi finalman limenm ankò egzekite kondanasyon li a lè li te bwè pwazon ciguë yo te pote pou li a.

Continuer de lire « Bondye ak Seza »

Dieu et César

Nous sommes en -399, un procès au tribunal de l’Héliée défraie la chronique. Socrate, le grand philosophe athénien est accusé d’avoir bafoué les Dieux de la Cité. Cinq ans plus tôt, Athènes la sublime, centre du monde et berceau de la civilisation, subissait une défaite cuisante dans la guerre du Péloponnèse. Cinq ans plus tôt, l’empire athénien s’effondrait pour ne plus jamais renaitre.

La crise économique et les tensions politiques succèdent à la guerre. C’est tout le mode de vie athénien qui est remis en question alors que les réponses se font de plus en plus rares. Dans ces cas-là, il est indiqué de trouver un bouc émissaire. Socrate, le « taon » auto-proclamé d’Athènes – dont les disciples armés de la méthode socratique s’ingéniaient à remettre en question Athènes-la-sublime – était le pharmakos rêvé. On l’accusa de :

  • Ne pas reconnaitre les dieux que reconnait la cité ;
  • Introduire des divinités nouvelles ;
  • Corrompre les jeunes gens. (Xénophon, Mémorables (I, 2, 12-27)

Devant ses juges, Socrate, 70 ans, reste égal à lui-même, remet tout en question, irrite par son « arrogance » et finit par conduire sa propre exécution en buvant la cigüe qui lui était fournie.

Continuer de lire « Dieu et César »