Quis custodiet ipsos custodes?

En voyant certaine lettre circuler sur les réseaux sociaux, je discutais avec un ami et lecteur de ce blogue de tous ces titres que l’on répugne à donner : Excellence, Honorable, Sainteté … Tous ces prédicats, toute cette pompe, tous ces honneurs dévolus à des fourbes et des pervers à l’impéritie achevée. Que, chez nous, un usage abusif décerne de l’Excellence à tout venant, ne vous déplaise, complique encore plus les choses.

Au Nord, le titre est généralement réservé aux chefs d’État et/ou de Gouvernement, aux Ministres des Affaires Étrangères et aux Ambassadeurs, en dehors de leurs pays et pour les annoncer au public. Dans les pays bien au Sud comme les nôtres, où les gens sont d’une excellence extraordinairement exceptionnelle, il n’est juste qu’au plus petit de nos chefs qui ne reçoive de l’Excellence, chez lui et quand on s’adresse directement à lui.

Forts de notre imperméabilité légendaire au ridicule, nous poussons le trait jusqu’à nommer des repris de justice à la tête de nos institutions. Comme cela nous sommes couverts, nos anneaux chez l’orfèvre étant non pas tant une épée de Damoclès qu’une garantie de notre adhérence aux hauts principes du sucement élevé au rang d’art.

Continuer de lire « Quis custodiet ipsos custodes? »

Et si nous payions mieux nos responsables politiques ?

L’un des arguments qui est revenu le plus souvent pendant cette grève des médecins résidents est qu’il était indécent que les émoluments des Sénateurs soient si élevés – ils ne le sont pas, c’est nous qui sommes très pauvres – alors que les médecins résidents ne gagnent que très peu. Le raisonnement voudrait que celui qui a étudié le plus longtemps et, ipso facto, fait le travail le plus utile gagne plus. Pourtant, le Sénateur a souvent étudié très longtemps à l’école de la vie politique – et une campagne est une bien rude épreuve pour tout être humain normalement constitué – et son travail n’est pas, de sauver des vies, une personne à la fois, mais de sauvegarder notre vie, celle de la cité, tous ensemble. Il me semble que, en suivant cette logique au snobisme mal placé, le Sénateur gagne.

Certains m’objecteront, avec quelque raison, que nos Sénateurs sont souvent incompétents, ne font pas leur travail ou abusent de leur position. Je rétorquerais, preuves à l’appui, que nos médecins aussi. Notre République de suceurs dans son entièreté,  en fait. Le raisonnement ne tient donc pas. Il n’y a d’ailleurs aucun mal à bien payer nos élus. Tous, tant qu’ils sont. Nous les avons choisis pour faire un travail, il convient qu’ils soient convenablement compensés. Après tout, nous attendons bien de nos employeurs qu’ils nous payent un salaire convenable.

C’était aussi le point de vue d’un homme que le Président américain, Barack Obama a qualifié de « géant de l’histoire », un homme qui, en l’espace d’une génération, a fait passer son pays, ancien avant-poste colonial, exigu et sans ressources naturelles, « du Tiers-Monde au Premier Monde« , l’ancien premier ministre singapourien : Lee Kwan Yew.

Continuer de lire « Et si nous payions mieux nos responsables politiques ? »