Les Canadiens débarquent?

Ce matin, je déjeune au restaurant de l’hôtel. Je suis en voyage à Montréal pour une conférence internationale depuis 5 jours et j’ai un peu de temps aujourd’hui. Cela me changera de la bouffe rapide du Palais des Congrès. Et puis, il faut bien, de temps en temps, se faire plaisir.

Après qu’un de ses collègues plus âgés ait pris ma commande,  une jeune serveuse fort avenante me propose de m’apporter le journal. Pourquoi pas? Voilà qui me changera des nouvelles sur Internet. Elle m’amène une copie du Devoir. Le fait est avéré. Jamais, je n’aurais pensé à consulter ce journal. Et j’aurais eu tort. Aujourd’hui, Haïti est à la Une.

Continuer de lire « Les Canadiens débarquent? »

Étudier les relations internationales, un devoir citoyen

Il y a deux jours, un étudiant en génie est venu me voir, curieux des Relations Internationales comme discipline et comme objet d’étude et désireux de savoir, avoua-t-il dans une charmante franchise, « ce qu’on y faisait ». Ce n’est pas la première fois que je me retrouve à répondre à cette question et ce ne sera certainement pas la dernière. Elle revient souvent, avec une régularité de métronome, dans une société haïtienne, au capitalisme primaire et précaire, préoccupée par la valeur marchande des formations acquises. Le « ce qu’on y faisait » c’est souvent un « à quoi ça sert » et surtout un « combien ça paye ». Aussi, ai-je commencé par répondre à la question de mon futur ingénieur de façon plutôt mécanique.

Je lui ai dit les changements politiques, économiques sociaux et culturels du système international; l’exploration des interactions et de l’influence de facteurs domestiques, régionaux et globaux sur les relations entre acteurs inter et transnationaux ; l’analyse des choix et des défis de relations entre les acteurs. Je lui ai dit les carrières dans le gouvernement, les organisations internationales, les organisations non-gouvernementales et le secteur privé, les possibilités d’admission dans des programmes de master en droit, affaires, économie et science politique … Mais il y avait quelque chose dans son regard qui m’a forcé à m’arrêter et réévaluer ma réponse. Il y avait, au fond de ses yeux, une lueur salutaire, un réel intérêt pour la question, comme un signal qu’il méritait mieux que des platitudes convenues. C’est alors que je lui ai parlé. Vraiment. Comme on parle à un frère. Que l’on vient de reconnaitre. Un membre de la famille que l’on ne savait perdu mais que l’on vient de retrouver. Et avec quel bonheur !

Continuer de lire « Étudier les relations internationales, un devoir citoyen »

Qui sème la démocratie récolte des migrants ?

L’année 2014 a été l’année de tous les records. Trente-huit (38) millions de gens à travers le monde que les conflits et la violence ont forcés hors de chez eux, dont onze (11) millions en 2014 uniquement. En ses dix années d’existence, jamais le rapport annuel de l’observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) n’a enregistré autant de déplacés en une année. En 2014, ce sont 30 000 victimes qui, chaque jour, ont dû laisser leurs maisons, leurs quartiers, leurs villes, leurs régions … où vivre était désormais devenu dangereux ; confirmant une forte tendance à la hausse observée depuis trois ans.

En mai 2015, en prélude à la publication du rapport, le Secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Jean Egeland, regrettait que « [l]es diplomates du monde entier, les cessez-le-feu, les pourparlers de paix et les résolutions des Nations-Unies [aient] perdu la bataille contre des hommes armés impitoyables, mus par des intérêts politiques ou religieux plutôt que des impératifs humains. » J’ajouterais, pas si humblement, le peu de succès de la communauté internationale dans sa responsabilité de protéger les peuples des pays ayant enregistré le plus (60%) de nouveaux déplacements : l’Irak, le Soudan du Sud, la République Démocratique du Congo, le Nigéria et la Syrie. Dans cette dernière, c’est 40% de la population (7.1 millions) qui a été déplacé ; le plus grand nombre enregistré à l’échelle mondiale. En 2015, ils amerrissaient (ou pas) aux portes de l’Europe.

Continuer de lire « Qui sème la démocratie récolte des migrants ? »