Le chaos comme échelle

Voilà deux ans que, comme un mantra, je répète à qui veut l’entendre qu’il nous faut travailler à renforcer nos institutions et obtenir un minimum de stabilité pour pouvoir planifier et avancer. Naturellement, dans la tradition de Cassandres millénaires, on ne m’écoute guère. Pire, les adeptes de la tabula rasa ont préféré faire activement la sourde oreille ou, même, de ce que l’on me rapporte, … Continuer de lire Le chaos comme échelle

Moïse Jean-Charles et le classisme ordinaire

S’il y a quelqu’un dans le paysage politique haïtien qui a été d’une rare constance dans la mission qu’il semble s’être assigné de nous prévenir des prochaines dérives du pouvoir rose, c’est Moïse Jean-Charles. Il nous aura ainsi averti, entre autres, de la dilapidation des fonds Petrocaribe, de la gestion de fonds publics par le fils et la femme du Président, de la mise en … Continuer de lire Moïse Jean-Charles et le classisme ordinaire

Que fait la Cour des Comptes ?

Cinq jours après son intronisation, notre Prince de la Saint Valentin promettait de forcer les organismes de contrôle de l’action gouvernementale à prendre leurs responsabilités. Il parlait alors d’une Task Force,  composée de fonctionnaires de l’Unité Centrale de Renseignements Financiers (UCREF) et de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif (CSC/CA), chargée de démêler les affaires de corruption, détournements de fonds et autres vols qualifiés de l’argent de l’État.

Depuis, conjoncture aidant, le Prince semble s’être orienté vers des préoccupations plus pressantes. Sa proposition avait toutefois du mérite et il ne tient qu’à nous de la reprendre et la faire nôtre. Récemment les édiles actuel et passé de la mairie de Delmas ainsi que le nouveau maire de Port-au-Prince se sont faits forts de nous rappeler la situation de gabegie administrative de ceux qui voulaient que nous laissions marcher leur pays. Il n’est plus temps de tergiverser, faisons durer la chanson.

Continuer de lire « Que fait la Cour des Comptes ? »

La loi de votre bouche s’arrête à la diffamation

S’il fallait trouver un thème pour la semaine dernière, la diffamation aurait été une concurrente sérieuse. La semaine a ainsi démarré sur des chapeaux de roues avec les déclarations tumultueuses – et maintes fois répétées – d’un candidat à la présidence à propos de la vie privée d’un autre candidat à la présidence; de plusieurs, pour être tout-à-fait juste. Puis il y a eu la « mystérieuse  et suspecte » disparition d’un fils du Président, les accusations à l’emporte-pièce d’un représentant d’un parti politique à l’encontre de trois membres de la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif CSC/CA) et l’intermède – particulièrement ragoûtant d’après ceux qui l’ont écoutée – d’une artiste à succès, remontée contre les ragots d’un animateur en manque d’audience.

Les menaces de poursuite en diffamation se sont, naturellement, multipliées ; nous verrons où tout cela mènera. À notre connaissance, il n’existe guère chez nous de cas majeur de poursuite en diffamation auquel l’on pourrait aisément se référer. Il y a bien eu le cas Pradel Henriquez en 2011 mais cela ne semble pas avoir été au-delà de l’acte d’accusation. Chez nous, on a tendance, dans ces cas-là, à prendre soi-même les choses en main. En injuriant copieusement l’impertinent (et toute sa race), à la Rutshelle Guillaume. En réapparaissant en public lors d’un voyage officiel de son président de père, à la Olivier Martelly. En allant se défendre du bec et des ongles à la radio, à la Steven Benoit. En organisant une conférence de presse pour informer de la nécessité de « [tracer] des exemples … dans le pays sur des gens malhonnêtes qui cherchent à porter atteinte à la personnalité des gens crédibles » à la CSC/CA.

Continuer de lire « La loi de votre bouche s’arrête à la diffamation »