Une question de droit politique

Ce billet a mis du temps à arriver. La première fois que j’ai voulu l’écrire était en octobre 2015, le 22 pour être précise. C’était encore l’époque où l’on traitait l’extrême majorité abstentionniste de lâches, de grand-diseurs, de non-patriotes. Un Directeur d’Opinion Important (DOI), dans son émission journalière très écoutée, crut alors bon de préciser pour ses auditeurs :

[D’aillleurs] quand on ne va pas voter, ce n’est pas une abstention, c’est un non-vote.

avant d’expliciter en long et en large, la différence, avec l’approbation manifeste de ses invités. Craignant de ne pas avoir bien compris la leçon, j’ai appelé un ami qui écoutait lui aussi l’émission pour m’assurer que j’avais bien entendu. Il confirma la chose. Mes oreilles ne m’avaient pas trahie. M’en voulant d’avoir douté de telles amies, je promis de les venger. J’écrirais un billet sur le devoir qui est nôtre – pour reprendre les mots d’Emmanuel Kant – d’ »intervenir dans l’espace public en tant que savant ».

Continuer de lire « Une question de droit politique »