Accéder au contenu principal

L’âge de Rebecca

Sur Twitter, quelqu’un vient de me remettre à l’esprit un passage de la Bible qui rappelle fort bien combien elle sait être cruelle et misogyne. Les versets 17 et 18 du chapitre 31 du livre des Nombres mettent l’accent sur l’importance de bien perpétrer un génocide, en s’assurant que les femmes-butins ne soient pas porteuses de l’engeance vouée au nettoyage ethnique.

Maintenant, tuez tout mâle parmi les petits enfants, et tuez toute femme qui a connu un homme en couchant avec lui; mais laissez en vie pour vous toutes les filles qui n’ont point connu la couche d’un homme.

Nombres 31, 17-18 (version Louis Segond)

L’injonction intervient dans le cadre d’instructions claires visant à organiser la vengeance des enfants d’Israël contre les enfants de Madian (31: 2), en d’autres termes, la descendance d’Abraham par Sarah versus celle d’Abraham par sa seconde femme Kéturah. Les relations entre les deux branches n’ont pas toujours été aussi houleuses. Le beau-père de Moïse – Jethro, père de Sephora – était un prêtre Madian qui lui a offert l’asile, une femme et des troupeaux (Exode 2, 15-21).

Les Madianites des Nombres sont bien différents de Jethro. Leurs filles avaient séduit les Hébreux et les avaient amené adopter le culte de Bélphégor. Parmi ces filles, se trouvait Cozbi, fille de Zur, morte transpercée par la lance de Phineas, fils d’Aaron, alors qu’elle était en compagnie de son amant hébreu Zimri (Nombres 25: 6-9). Cette rapide exécution a éloigné la plaie parmi les enfants d’Israël mais c’était là une solution temporaire. Aussi, Yahvé voua-t-il les Madianites à l’extermination (16-18) et c’est à Moïse que revint cette tâche.

L’Eternel parla à Moïse, et dit:

Venge les enfants d’Israël sur les Madianites; tu seras ensuite recueilli auprès de ton peuple.

Nombres 31: 1-2, ibidem

Cette vengeance, symbole de la lutte de l’homme juste contre l’idolâtre, est particulièrement amère. Le peuple madianite est presque totalement anéanti. Tous les hommes, certainement. Une majorité de femmes aussi. Survivent quelques filles vierges, butin de guerre.

À ce sujet, l’utilisation du mot filles (women children dans le King James version) a été – est encore ? – à l’origine d’une controverse sur la pédophilie dans la Bible. Ces filles n’ayant pas connu d’hommes, quel âge ont-elles ? C’est, sous une autre forme, la question de l’âge de Rebecca, cousine et femme d’Isaac, née l’année même de la mort de Sarah (Genèse 22:23) qui, elle-même, a vécu 127 ans (Genèse 23:1), ce qui signifie que son fils avait 37 ans au moment de sa mort (Genèse 17:17). Lorsque, à 40 ans (Genèse 25:20) Isaac prend Rebecca pour femme, elle n’aurait eu que 3 ans.

Mais une fille de 3 ans peut difficilement être celle qui, de bon cœur, offrit de l’eau à Eliezer, serviteur d’Abraham :

C’était une jeune fille très belle de figure; elle était vierge, et aucun homme ne l’avait connue. Elle descendit à la source, remplit sa cruche, et remonta.

Le serviteur courut au-devant d’elle, et dit: Laisse-moi boire, je te prie, un peu d’eau de ta cruche.

Elle répondit: Bois, mon seigneur. Et elle s’empressa d’abaisser sa cruche sur sa main, et de lui donner à boire.

Quand elle eut achevé de lui donner à boire, elle dit: Je puiserai aussi pour tes chameaux, jusqu’à ce qu’ils aient assez bu.

Genèse 24: 16-19

Peut-être une erreur d’une décennie – ou deux – s’était-elle glissée dans le calcul. Toujours est-il que, après nous avoir appris qu’elle était belle, il importa de préciser qu’elle était vierge et que par vierge on entendait qu’aucun homme n’avait couché avec elle. Dieu, merci, sinon elle risquait la mort.

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils