La loi de ma bouche

#NouPaEgare – Ce que vous devez savoir sur Monat

Publicités

Le 20 septembre 2020, la société MLM Monat – pour Modern Nature – a dressé une longue liste de promesses dans le cadre d’un accord avec l’équivalent du ministre de la Justice de l’État de Floride, aux États – Unis ( lien vers des articles en anglais ). En vertu de cet accord ( lien PDF ), la société s’engage à ne pas se livrer à des ventes illégales ou à des pratiques commerciales trompeuses.  En effet, depuis plus de cinq ans, les gens portent plainte auprès de l’agence qui surveille les pratiques commerciales et les affaires américaines, au Better Business Bureau ( lien en anglais ), et à l’agence qui administre l’alimentation et la médecine (FDA). 

Et ce n’est pas seulement en Floride. Au moment de la rédaction de cet article, plusieurs personnes ont lancé des poursuites contre Monat devant un tribunal fédéral; c’est donc un article que nous devrons mettre à jour progressivement. Les photos illustrants le début de cet article sont liés à une affaire poursuivie dans l’État de l’ Oklahoma (lien en anglais ) où  Amber Alabaster et d’autres personnes ont déposé plainte contre Monat argumentant que la compagnie aurait menti sur le contenu de leurs produits – qui incluraient des ingrédients nocifs qui causent la perte des cheveux et des blessures du cuir chevelu chez certaines personnes.

Les mensonges dont les gens accusent Monat ne sont pas les mensonges typiques auxquels les entreprises ont recours pour vendre des produits. Ils avancent avoir l’approbation de la FDA. Ce n’est pas le cas. Ils prétendent aussi que des études sont menées depuis trois ans sur l’efficacité du produit à l’Université de Princeton. Ce qui aussi n’est pas le cas ( le lien en anglais où un blogueur démontre que ce n’est pas véridique ). Selon la compagnie,  les produits sont 100% naturels. Encore faux. Sur Internet, les groupes qui mettent en garde les consommateurs contre les produits Monat – groupes de lutte contre le MLM en général – comme la Coalition Anti MLM ou les Américains contre le MLM ). En plus des regroupements de victimes qui se sont associées pour discuter de leurs expériences et essayez d’éviter que d’autres suivent le même cours. Parmi ces gens se retrouvent  Vickie Harrington de Caroline du Nord. Monat l’a poursuivi en 2018 parce qu’elle déclarait que l’entreprise rendait les gens chauves. Deux ans plus tard, la chance a changé de camp, maintenant c’est Monat qui signe un accord pour ne plus mentir, payant un quart de million d’honoraires d’avocats honoraires en plus d’environ 82 782 dollars de dédommagement aux victimes de l’enquête concernée.

Pour aider à comprendre le niveau de tromperie de Monat, voilà la liste de tout ce que l’entreprise promet de ne plus faire:

  1. Éviter de mentionner les bienfaits des produits pour la santé, leurs performances, leur innocuité ou leur efficacité, à moins que des preuves scientifiques ne le prouvent.
  1. Arrêter de déclarer que la perte de cheveux au départ est normale car cela ferait parti d’un processus de détoxification du  cuir chevelu à mesure que les follicules s’élargissent.
  1. Mentir sur l’existence de preuves cliniques et scientifiques qui prouverait que produit augmente la croissance et réduit la perte de cheveux 
  1. Dire que la société affirme détenir une certification d’une quelconque  agence gouvernementale américaine
  1. Mentir sur le contenu des produits, que les produits ne contiennent pas et ne contiendront jamais de glycol, de polyéthylène, de produits pétrochimiques, de sulfate, de parfums nocifs et de couleurs nocives, ainsi que de dire que les produits sont 100% végétaliens ou sans gluten.
  1. Garantir la satisfaction ou le remboursement à 100% par l’entreprise aux clients et que ceci sera comptabilisé dans le coût total comme une réduction.
  1. Utiliser des archives de photos – donc pas de vraies photos de clients – pour afficher les résultats avant / après

La liste de ces 7 péchés montre clairement  l’inscription de la pratique mensongère dans  l’ADN Monat. En pratique, l’entreprise promet de ne plus utiliser  tous ses arguments de vente. Ce qui signifie qu’en dépit de toutes ses assertions Monat sait que les produits ne sont pas efficaces et ne valent pas le prix [ une des choses, nous l’avons vu, qui est la marque du MLM ]. Mais pas dans la vente de mauvais produits uniquement  que les MLM agissent comme des prédateurs.

Dans son accord avec l’État de Floride, Monat s’engage également à clarifier ses termes et conditions aux clients avant d’accepter les informations de carte de crédit, les cartes de débit, les comptes bancaires et autres informations financières. De toute évidence, il doit faire savoir aux clients combien ils seront  facturés, pourquoi et pendant combien de temps. Dans la suite de l’article, nous examinons l’organisation financière de Monat.

En 2014, un père et son fils – Luis Urdaneta  et  Rayner Urdaneta   – il est difficile de trouver des informations les concernant, accès au site bloqué pour Haïti – ont décidé de créer une entreprise pour vendre des produits de beauté directement aux clients.  En septembre 2014, Stuart A MacMillan ( lien de l’article en anglais ) a été ajouté et l’entreprise a été lancée en octobre. MacMillan est un spécialiste du MLM. Entre 2006 et 2010, au Canada , il était responsable d’ Arbonne ( lien vers l’article Wikpedia en anglais ) qui, en avril 2020, a reçu un avertissement de la Federal Trade Commission (FTC) aux États-Unis pour arrêter de mentir  sur une protection présumée que ses produits offriraient contre  le covid-19. Ce même MacMillan était en charge d’ Excel Telecommunications , un autre MLM  pour laquelle il a lui-même dû déclarer faillite après, comme le lui a dit l’une de ses anciennes victimes ( lien en anglais ), la personne au sommet de la pyramide  fait beaucoup d’argent pendant  que ceux au bas de l’échelle perdent  de l’argent. C’est le même MacMillan qui – en mars 2014, 6 mois avant de devenir président Monat – était ancien PDG et a aidé à organiser la faillite de  Telexfree , un autre MLM reconnu comme une arnaque Ponzi où des milliards de dollars sont gagnés ( lien Wikipédia en anglais ). En juin 2020, un juge de Boston a donné son accord pour une restitution de 150 millions de dollars pour environ 100 mille victimes TelexFREE ( liens d’articles en anglais ).

Avec un CV pareil, Luis Urdaneta et Rayner Urdaneta (père et fils) n’auraient pas pu choisir un meilleur poulain que MacMillan pour diriger l’entreprise. Au cours des 6 dernières années, l’entreprise a prospéré. Selon l’entreprise, Monat compte plus de 2 millions de clients sur 5 marchés mondiaux, 442 employés, un demi-million de distributeurs et 437 millions de chiffre d’affaires (en 2018) (lien en anglais); qui est une grande différence par rapport à sa création en 2014 avec 10 employés et 3,57 millions de ventes (lien en anglais).

Une blogueuse anti-MLM qui s’est attelée àdémontrer comment  Monat est vraiment un système pyramidal de vente. Le site est en anglais, mais nous vous encourageons à lire l’article (lyen tradiksyon otomatik Google ). Elle utilise le tableau des revenus des distributeurs Monat 2018 qui montre clairement les avantages des personnes à revenus élevés. Les distributeurs les plus bas – 94,3% d’entre eux – gagnent 183 dollars par an. Les distributeurs au plus haut niveau – 0,01% – gagnent  995 006 $; ce qui signifie 5 218,61 fois le plus bas. Monat comptait un demi-million de distributeurs en 2018, ce qui signifie que 471 500 distributeurs gagnent 183 $ en moyenne – donc beaucoup ne font pas 5 cents ou perdent  même de l’argent – alors qu’à peine une cinquantaine de personnes atteignent près d’un million.

Les frais pour intégrer  Monat s’élève à 49 $ par an qui s’accompagne de l’obligation à acheter un échantillon dont le forfait est de 99 $. Cela fait 148 $, sans inclure les prix des produits à vendre qui sont chers. Dans l’ensemble, les jeux de hasard serait plus rémunérateurs. Il semblerait que si l’on joue avec régularité, la perte n’est probablement que de 20% de l’argent total investi. Et face à Monat, qui a gagné moins d’argent l’année dernière – 300 millions en 2019 – par rapport à 2018 et sans les chiffres de 2020, il y a de fortes chances que la chance de s’y faire quelques sous est bien moindre qu’à la borlette.


Ce texte est la traduction d’un article publié sur le site NouPaEgare.pub de l’association Ayiti Nou Vle A.

Aller à la barre d’outils