La loi de ma bouche

Petrocaribe : La Cour des Comptes annonce des jugements pour mars

Publicités

12 ans après les débuts de la gabegie qu’elle a, en partie, cautionnée, et après deux années passées à écrire un rapport d’audit, la Cour des Comptes s’essaye à justifier le milliard de gourdes qu’elle nous coûte par an, en annonçant, enfin, « le jugement de ceux qui sont justiciables devant la CSCCA ». Nous sommes désormais au point 2 de notre petite liste du début. Cela a pris un an et demi mais bon…

Naturellement, je suis modérément optimiste. Après tout, c’est la même Cour qui a approuvé certains des contrats et assisté, avec une certaine complaisance, à la dilapidation des fonds Petrocaribe. C’est la Cour qui a donné décharge à l’ancienne Première Dame Sophia Martelly pour sa gestion de la Commission Nationale de Lutte contre la Faim (COLFAM), en déclarant qu’elle n’en était pas gestionnaire. C’est la même Cour qui, en 2015, n’a réussi à trouver en faute que 13 mairies, et pour quelques misérables centaines de milliers de gourdes.

Il faudra donc veiller. Veiller à ce que ce ne soit pas un spectacle de plus pour faciliter/bloquer la route de certains vers les prochaines joutes électorales. Veiller à ce que les procédures et les droits des accusés soient respectés et que le jugement soit impartial. Veiller à ce que les vrais coupables ne soient exonérés en échange de quelques petits coupables jetés en pâture.

Il faudra aussi rappeler.

Rappeler à la Cour que le décret de 2005 – tout comme l’article 105 de la loi du 4 mai 2016 sur les lois de finances – lui permet de déclarer « comptables de fait » celleux qui géraient les fonds Petrocaribe – sans être ordonnateur ou comptable de deniers publics.

Rappeler, à ce propos, que le Dr Réginald Boulos, a des informations pertinentes, sur 120 millions de dollars qui auraient été accumulés par « les hommes au pouvoir ».

Rappeler, enfin, que la lutte contre la corruption est une chose trop sérieuse pour la laisser à des politiciens.

Force à nous !