La loi de ma bouche

J. veut que je me marie

Publicités

Premier Ministre, fit J. alors que j’écoutais la radio dans la voiture, ne prenez pas cela mal mais je prie pour que bientôt vous vous mariiez. J. a toujours des rêves étranges en ce qui me comcerne. Que je parte m’installer à l’Étranger. Que je devienne Première ministre. Et désormais que je me marie.

Les deux autres fois, je lui avais expliqué que ses rêves quoique gentils ne me convenaient pas. J’entendais rester en Haïti et y vivre. Du reste, si je partais, qui s’occuperait de la Fondation et de la communauté ? Qui serait là pour lui? Il sembla se résigner à l’idée de mon dépérissement dans ce pays de misère … jusqu’à ce que, plus d’une année plus tard, il trouve la solution: il me ferait Première Ministre. Là non plus, il n’a pas eu de chance, je n’étais pas intéressée, mais cela ne l’empêcha pas de m’appeler désormais par le titre et à moi d’y répondre, par jeu.

Sa nouvelle lubie est de me marier. Et là, il a un argument à tout casser: s’il faut que je reste en Haïti et refuse de devenir Première ministre, il faut absolument produire celle qui le deviendra parce que sinon ce serait gaspiller des gènes extraordinaires. Je dois bien comprendre cela. Et comme je lui demandais avec qui je me marierais, il me répondit tout simplement que je n’avais pas à m’inquiéter, il priait aussi pour que je trouve un bon mari digne de moi. 

Je lui ai dit merci. Il est parti avec un sourire aux lèvres, visiblement satisfait de sa journée.