La loi de ma bouche

Nous devons parler de Jean Roudy Aly

C’est en des termes particulièrement élogieux que l’ancien ministre de la planification et oint de Dieu, Aviol Fleurant, nous présenta le nouveau Ministre de la Justice. Le Nouvelliste rapporte :

Le ministre Fleurant a rappelé le parcours de Me Jean Roudy Aly. Celui-ci a occupé les postes de commissaire du gouvernement et d’ex-officier des droits de l’homme du Haut-Commissariat des Nations unies pour les droits de l’homme; c’est un homme très bien formé et qui respecte l’éthique.

« Jean Roudy Aly prend fonction au ministère de la Justice et de la Sécurité publique », Le Nouvelliste, 24 avril 2018

Il a omis – mais entre ministres forcés d’être riches, on se comprend – de parler du Nègre de la Sacoche (bout sak la) sous Aristide. Pourtant, il nous faut parler de Jean Roudy Aly.

Nous le retrouvons au chapitre 8 du rapport de la Commission d’enquête administrative (CEA) – mieux connu sous le nom de rapport Paul Denis – comme « avocat des victimes de Carrefour-Feuille, à l’époque membre du Cabinet du Ministre Delatour et membre du Cabinet d’avocats de Monsieur Calixte Delatour ». La CEA s’intéresse alors à des irrégularités au sein du Ministère de la Justice dont l’émission d' »un chèque de cinq millions de gourdes (G. 5 000 000.00) à l’ordre du Comptable en Chef, M. Maignan Antoine, en vue de dédommager les victimes de Carrefour Feuilles ». Interrogé par la Commission, Monsieur Maignan, qui a endossé le chèque, explique « avoir déposé l’argent, en espèces, chez le Ministre Calixte Delatour » :

Je suis sorti de la banque avec ‘sécurité’ et tout. Et le Ministre m’a dit de déposer l’argent chez lui et que M. Aly allait passer le prendre.

Antoine Maignan, Première audition devant la CEA, 25 mai 2005, 2:42 PM

Le lendemain, poursuit le rapport, le Ministre aurait remis à Maignan « un accusé de réception signé de M. Roudy Aly » qui n’a pas fourni de preuves que l’argent ait bien été aux bénéficiaires qui, rappelons-le avaient vu 11 des leurs massacrés par la police nationale d’Haïti.

Le Directeur Administratif, M. Max Jadotte a communiqué une liste de personnes qui
seraient les bénéficiaires. La Commission d’Enquêtes Administratives, pour s’assurer que les fonds ont été remis à leurs destinataires, a demandé à M. Aly de lui fournir la preuve des paiements effectués.


Aucune justification ne lui est parvenue. La CEA, à ce jour, n’a pas les éléments susceptibles de la convaincre que les cinq millions de gourdes (G. 5 000 000.00) sont allées partiellement ou totalement aux victimes.

En effet, le 2 juin 2005, lors de son audition Monsieur Aly se drapait dans sa dignité de « professionnel du droit » pour ne pas répondre aux questions de la CEA. Je reprends ici l’audition dans sa totalité. Elle est un peu longue et donc sentez-vous libre de la sauter pour poursuivre la lecture du billet, si vous êtes pressé.e. La mauvaise foi, la crânerie et l’absence totale d’éthique démontrée dans ces échanges valent toutefois le détour.

Audition de Me Roudy Aly

Me Roudy Aly (RA), Ex membre de Cabinet de l’Ex Ministre de la Justice, Me Calixte Delatour


2 juin 2005 – 12:00 PM / CEA (Rue du Quai)


CEA    Bonjour M. Aly. Merci d’avoir répondu à notre invitation. Vous êtes avocat depuis quand ?


RA    Depuis mars 96.


CEA    Vous avez un cabinet ?


RA    Je suis associé au cabinet Delatour.


CEA    Vous êtes combien d’avocats au cabinet Delatour ?


RA    Trois. Calixte Delatour, Daniel Desrosiers, Roudy Aly.


CEA    Où se trouve le cabinet ?


RA    C’était à Delmas 19. Maintenant c’est à Pétion-Ville. Je donne mes services comme consultant à la MINUSTAH.


CEA    Vous avez travaillé dans l’État ? 


RA    J’étais commissaire de gouvernement à Aquin ensuite j’étais enseignant au Lycée T. Louverture ensuite je faisais partie en 2003-04 du cabinet du Ministre de la Justice.


CEA    Vous êtes aussi avocat à son cabinet ? Vous connaissez M. Maignan.


RA    Il était comptable au Ministère de la Justice. 


CEA    Quelles relations avez-vous ?


RA    Je le connais. 


CEA    Vous l’avez rencontré combien de fois ?


RA     Je ne peux pas vous dire combien de fois. Nous fréquentions tous deux le Ministère.


CEA    Vous avez eu à travailler avec lui ?


RA    Je n’ai pas de formation comptable. Je n’ai donc pas travaillé avec lui.


CEA    Vous savez que la Cour Supérieure des Comptes a donné un rapport accablant pour M. Maignant ? 


RA    Je ne savais pas.


CEA    Quel dossier avez-vous eu à traiter au Cabinet Delatour ? Les victimes du 17 décembre ? Les victimes de Carrefour-Feuilles ?


RA    Je n’étais pas chargé des victimes du 17 décembre.


CEA     Avez-vous reçu de l’argent de M. Maignan à votre passage au cabinet


RA    Oui, la comptabilité du Ministère de la Justice m’a remis de l’argent


CEA    Où


RA    Au ministère. Je suis prêt à le soutenir.


CEA    Il a dit le contraire. Essayez de vous rappeler


RA    Je dis que j’ai reçu de l’argent pour le compte de mes clients.


CEA    Ce que vous savez vous-même. Nous avons eu une entrevue avec Monsieur Maignan. Il a dit avoir été escorté par les gardes du corps du ministre et déposé de l’argent en son domicile. Et que le reçu avait été apporté par le Ministre le lendemain?


RA    Je peux dire que j’ai reçu l’argent. J’ai défendu mes clients. Je suis allé au Tribunal, j’ai fait un procès, j’ai gagné mon procès, j’ai reçu cet argent, l’ai partagé avec mes clients et avec les autres avocats et avec d’autres avocats Jeune Pierre-Louis et Menan Pierre-Louis.


CEA    Vous avez établi une liste de vos clients ?


RA    Certainement.


CEA    Vous pouvez nous la faire avoir ? Nous n’avons pas de pièces.


RA    Moi, j’ai toutes les pièces justificatives. En tant que professionnel du droit, je n’ai pas à soumettre au Ministère l’ensemble des pièces. Les pièces sont à mon cabinet. Les clients sont là, les avocats sont là.


CEA    Vous maintenez que Monsieur Maignan vous a remis cet argent en mains propres au Ministère ?


RA    Oui et je lui ai donné le reçu. En tant que professionnel du droit, j’ai défendu les intérêts de mes clients. J’ai été au tribunal ai défendu les intérêts de mes clients. Dans le cadre de l’exécution d’un jugement en faveur des victimes, j’ai reçu de l’argent pour eux et le leur ai remis.


CEA    Pourquoi le Ministère ne vous a pas donné un chèque en votre ordre ?


RA    Je ne sais pas, il faudrait demander à Monsieur Maignan ou au Ministère. Je ne suis pas comptable des deniers publics. Tout ce que je sais est que j’ai reçu un argent que j’ai remis à mes clients.

CEA    Donc vous pouvez soumettre à la Commission la liste de vos clients.


RA    Oui. Il y a secret professionnel, puis-je soumettre à la Commission une liste pareille dans l’intérêt de mes clients ? Moi personnellement je suis prêt à les soumettre.


CEA    Ce qui attire notre attention c’est que le chèque n’a pas été émis à l’ordre de Monsieur Maignan mais à votre ordre. Ce qui ne semble pas être la règle dans l’administration.


RA    La règle dans l’administration, moi, je n’ai pas été comptable des deniers publics. Comme avocat je défends l’intérêt de mes clients, je reçois un argent que je partage avec mes confrères et mes clients.


CEA    Pourquoi le chèque n’a pas été émis à votre ordre, puisque vous êtes un professionnel du droit et que vous défendez vos clients ?


RA    Mes intérêts ne sont pas lésés. Qu’on me donne un chèque ou du cash, mes intérêts c’est d’avoir mes honoraires, pour moi, mes confrères et les clients. J’ai des comptes à rendre à mes clients et à d’autres confrères. Oui j’ai reçu de l’argent. Voila ma responsabilité.


JJ    Dans le rapport de la Cour Supérieure des Comptes, il y a d’autres chèques, il y a d’autres avocats…


RA    C’est dans l’administration, Me Aly n’est pas dans l’administration. Il est un professionnel du droit. Peu importe la manière dont le Ministère a agi ou l’État Haïtien. Si on vous dit on va vous donner du cash, vous prenez le cash. Si on dit qu’on va vous donner un chèque, vous prenez le chèque. Peu importe la manière.


CEA    Par les temps qui courent, vous trouvez normal que le comptable en chef vous apporte 5 millions en espèces ? Vous trouvez ça normal ?


RA    Je ne défends, ni n’accable le comptable. Vous m’avez posé une question d’opinion. En tant qu’avocat, vous défendez le client, on vous remet de l’argent, que pouvez-vous dire ? Vous défendez les intérêts des clients et les clients vous présurent aussi. Autre chose, je dois dire, c’est que je n’ai pas trouvé ça anormal. Au contraire l’argent cash, ça marche si je suis sans le sou. Avoir l’argent cash, ça je ne vois pas de problème.


CEA    Mais, Me Aly, les règles de la comptabilité exigent…


RA    Je ne suis pas comptable des deniers publics.


CEA    Monsieur Maignan, quand on lui a demandé pourquoi, nous avait donné comme raison que vous n’aviez pas autant que lui la possibilité d’aller à la banque.


RA    Aller à la banque, circuler avec cet argent… en termes de temps aussi… Nous étions en période de carnaval. Avoir un chèque en mains et ne pas pouvoir le changer… Si vous avez de l’argent cash, ça m’a arrangé et arrangé le client.


CEA    Vous étiez quand même exposé. Prendre de l’argent au Ministère ou chez le Ministre, vous allez vous rendre chez vous avec l’argent. 


RA    C’est un moindre mal. J’aurais pu avoir le chèque, ne pas pouvoir le changer et attendre une semaine. Prendre de l’argent au ministère, aller à mon cabinet ou aller à la banque et aller à mon cabinet… Autre chose, je n’ai pas à dire « je ne veux pas de l’argent cash ». L’essentiel pour moi avocat c’est d’avoir de l’argent. J’ai pu disposer de mes honoraires, payer à mes confrères leurs honoraires et aussi les clients.


CEA    À combien s’élèvent les honoraires pour cette affaire ? Vous avez dit avoir les pièces justificatives et tout, on peut avoir aussi copie de l’accord que vous aviez avec les clients ?


RA    C’est illégal. C’est 11 familles. Si leurs intérêts n’étaient pas d’accord avec la façon dont j’ai traité le dossier, s’ils étaient lésés, ils porteraient plainte contre moi.


CEA    Vous nous faites avoir la liste de nos clients, les montants reçus et les reçus.


RA    En principe, je ne sais pas pourquoi la commission m’a appelé. Je ne suis pas comptable des deniers publics. Si j’avais commis une faute professionnel, je serais radié du barreau de Port-au-Prince.


CEA    Nous enquêtons sur M. Maignan, comptable des deniers, qui a reçu de l’argent qui ne lui était pas destiné.


RA    J’ai donné un reçu contre ce montant pour sa comptabilité publique. Les autres reçus, que j’ai reçu moi, pour mes clients, c’est la gestion de mon cabinet.


CEA    Quel service avez-vous rendu à l’État ? Vous n’avez pas rendu de services à l’Etat d’accord ? Vous avez défendu des clients, nous voulons avoir des preuves


RA    L’État a exécuté un jugement. L’État a été condamné dans le cadre de ce jugement. Mes intérêts sont même lésés car la condamnation était dans l’ordre de 400 millions de gourdes et mes clients ont demandé eux-mêmes de réduire ça à 40 millions car ils avaient besoin d’argent. Moi, je n’allais pas entrer dans cette logique mais étant donné que mes clients avaient plus besoin de cet argent que moi. 


CEA    Vous avez reçu la différence.


RA    Non, jusqu’à présent l’Etat me doit. On a reçu un peu d’argent de ce gouvernement dans le cadre de l’exécution.


CEA    Si vous aviez reçu personnellement en votre nom, un chèque de 5 millions dans le cadre de ce jugement, on vous aurait demandé à quel titre vous aviez reçu cet argent, vous nous donneriez des explications et ce serait terminé. Mais le problème, ce qui a attiré notre attention est que cet argent n’a pas été versé à l’avocat. Le chèque a été émis à l’ordre de M. Maignan. Monsieur Maignan n’est pas défenseur de ces gens là. C’est pour cela que nous voulons avoir tous les justificatifs pour essayer de voir si M. Maignan n’a pas commis de malversation au détriment du Trésor Publique. Vous avez dit que le jugement a condamné l’État à payer 400 millions de gourdes. Si l’État avait les fonds disponibles pour faire ce paiement, on aurait remis à M. Maignan ?


RA    L’État Haïtien n’a pas donné le montant en un seul versement. Au point qu’il nous doit de l’argent encore.


CEA    M. Maignan aurait pu traverser la frontière avec ce montant-là. Les autres versements ont été fait cash aussi, dans les mêmes conditions ?


RA    Non. C’est le Ministère des Finances, pas le Ministère de la Justice. Peu importe l’organisme d’état qui donne de l’argent pour mes clients.


CEA     Merci Me. Aly. Au revoir

Voilà donc Me Aly, prétextant du secret professionnel, pour refuser de donner les preuves que l’argent reçu a bien été transmis à ces clients victimes. Voilà donc Me Aly, membre du Cabinet du Ministre Latour et associé à son Cabinet d’avocats, qui poursuit l’Etat haïtien en justice, gagne son procès et reçoit de l’argent directement des mains du Ministre de la Justice dont il est l’associé. Voilà donc Me Aly aujourd’hui ministre de la justice s’efforçant de nous faire avaler la pillule Dermalog, après nous avoir fait avaler celle de l’évacuation des 7 mercenaires.

Voilà pourquoi nous devons parler de Jean Roudy Aly. Parce que des Jean Roudy Aly survivent à tous les scandales de toutes les administrations. Parce que des Jean Roudy Aly ne croient pas nous devoir d’explications et réussissent à ne jamais nous donner d’explications. Parce que nous devons apprendre, ici, à vérifier le passé de celleux à qui sont confiées nos destinées.