La loi de ma bouche

S’attaquer à la corruption au détail

@laurentweil, responsable de partenariats internationaux pour l’association Ayiti Nou Vle A, est intervenu ce dimanche 9 juin à la Conférence internationale sur la corruption en Haïti organisée par Haïti Juste à Paris. Son texte est repris ci-dessous.


Si vous demandez à un Haïtien quel est l’obstacle le plus grand au développement du pays, il vous dira sans aucun doute que l’impunité et la corruption font partie au moins des trois problèmes majeurs.

La corruption est un problème qui nous affecte tous tant sur le plan collectif que psychologique. La corruption érode toute possibilité de construire de la confiance entre les gens, ce qui est pourtant une composante essentielle du développement d’une communauté.

Sur le plan psychologique d’abord, quand on vit dans une société corrompue, on se sent impuissant. Payer des pots-de-vin est normalisé. Puis, petit à petit, il atteint tout le système de valeurs de la société, ce qui se traduit par une érosion du comportement éthique des gens sur le plan individuel et les liens de confiance existant entre les gens sur le plan sociétal. Pour nous autres, citoyens engagés, l’affaire Petro Caribe s’est révélé être une opportunité sans pareil pour faire prendre conscience à nos compatriotes des effets pervers de la corruption sur tous les aspects de leur vie.

Depuis Août dernier nous avions le bon plan en lançant la campagne #OditKolektif que nous avions mené pour sensibiliser le peuple haïtien sur ce scandal financier en Haïti d’une ampleur sans précédent. Nous étions déterminés à mener notre propre enquête (avec l’aide d’enquêteurs internationaux) pour enregistrer le dossier Petro Caribe dans l’agenda mondial de lutte contre l’opacité, l’impunité et la corruption.

Les organisations internationales font de la transparence et de la bonne gouvernance des enjeux centraux et la lutte contre la corruption est un sujet d’actualité dans la plupart des pays. Il importe donc de chercher à lier notre combat contre la corruption en Haïti à la lutte mondiale contre la corruption. Une telle stratégie devrait permettre à la société civile haïtienne d’aller chercher le support des sociétés civiles dans d’autres pays qui pourront en faisant pression sur leur gouvernement obtenir que ceux-ci pressurent le nôtre. Voilà pourquoi nous devons continuer à privilégier les stratégies de luttes pacifiques pour atteindre nos objectifs et contrecarrer le discours perpétuel de l’international faisant d’Haïti un pays instable et ingérable.

Aujourd’hui je suis venu vous présenter une série d’actions alternatives car l’Haïti que nous souhaitons tous construire est possible. J’appartiens à un mouvement qui a participé activement au Petrocaribe Challenge depuis son commencement. Ce mouvement qui porte le nom d’Ayiti Nou Vle A, s’est battu, se bat et continuera de se battre pour intégrer le dossier Petro Caribe dans un processus global de transformation de notre société.

Le procès Petro Caribe n’est pas une fin en soi. Le procès Petro Caribe n’est pas un instrument politique. Le Procès Petro Caribe est une nécessité pour en finir avec le système d’impunité qui définit la relation malsaine que l’Etat Haïtien entretien avec sa population. #AyitiNouVleA n’est pas qu’un mouvement, c’est une vision cherchant à rassembler le pays autour d’un projet national commun qui établit le droit de chaque haïtien à une vie digne comme pilier fondamental de l’avenir du pays. Et pour que cela se réalise c’est notre conviction que lutter contre la corruption en Haïti nécessite de redéfinir à tous les niveaux la relation entre l’Etat et ses citoyens. Cela passe par la reddition des comptes et la sanction des fautes graves commises mais cela commence également au niveau du citoyen.

En effet, il faut aller plus loin que la corruption organisée au sommet de l’Etat. Nous sommes convaincus qu’il faut s’attaquer à la corruption dans son ensemble, celle du quotidien, celle qui est banalisée et intériorisée dans l’esprit de chaque Haïtien par le simple fait de vivre dans un pays qui nous rend indifférents à l’indiscipline et au comportement immoral des serviteurs de l’Etat. A cette fin, nous voulons mettre en place un instrument permettant de dénoncer de façon efficace ceux qui corrompent et ceux qui sont corrompus, tout en valorisant les bons comportements.

Le mouvement #AyitiNouVleA est né sur Internet. Internet nous permet de bénéficier des effets réseaux et nous rapproche des citoyens. Internet nous permettra également de mettre en place un instrument efficace de lutte contre la corruption au quotidien. Une telle plateforme existe déjà en Inde et bénéficie d’un succès et d’une reconnaissance internationale. La plateforme web en question porte le nom de « ipaidabribe.com ». Elle exploite la transparence et l’anonymat de l’Internet pour encourager les particuliers indiens victimes de corruption à communiquer eux-mêmes les détails des pots-de-vin versés, notamment le montant du pot-de-vin, le nom du fonctionnaire corrompu et les services rendus.

Le portail ipaidabribe.com regroupe ensuite ces données pour créer des cartes et des graphiques des activités corrompues dans les villes indiennes. De telles données ont vocation à sensibiliser l’opinion et susciter la honte et, ce faisant, augmenter le coût de la corruption pour ceux qui la pratiquent. Grâce à un partenariat avec les fondateurs du site ipaidabribe.com, #AyitiNouVleA va bientôt mettre en place une plateforme similaire pour Haïti. Nous espérons, par la mise en place d’instruments précis, d’actions réfléchies, et d’une stratégie cohérente, que nous arriverons à libérer enfin notre pays de la malfaisance des prédateurs d’un système qui est depuis longtemps à bout de souffle.

Aujourd’hui, mesdames et messieurs, Haïti se trouve à la croisée des chemins. Cette jeunesse engagée, désormais consciente des enjeux qui s’annoncent, a besoin de supports, d’outils afin de mieux lutter pour l’avenir qu’elle mérite. Car en effet c’est en faisant bon usage du présent, que nous pourrons préparer l’avenir. Nous devrons à chaque fois faire preuve d’imagination, de discipline et de courage, car au final, c’est à nous de prendre le destin de notre pays entre nos mains.