La loi de ma bouche

Res ipsa loquitur

Le chanteur et Sénateur Garcia Delva entretient des relations avec le « leader communautaire » Arnel.

L’homme d’affaires et politicien Boulos entretient des relations avec des « leaders communautaires » de Cité Soleil.

La Première Dame Martine Moïse entreprend des « activités sociales » à la Saline.

Le Juge Brédy Fabien libère le « leader communautaire » Tèt Kale de Grand Ravine.

Le candidat Jovenel Moïse fait campagne avec les « leaders communautaires » Tèt Kale et Guy Philippe.

Nous pourrions continuer longtemps, mais vous avez saisi. La chose parle d’elle-même. Les « bandi » sont désormais une donne comme une autre de l’échiquier politique. On les rencontre. On les entretient. On compose avec.

https://laloidemabouche.ht/wp-content/uploads/2019/04/anbadiktati-premye-videyo.mp4
⬇️: https://drive.google.com/open?id=1bzfc19rppdgJDoR4khUKFfqf7dHJR6qg

Il y eut les tontons macoutes, civils armés défendant la dictature des Duvalier. Après la dictature, la pratique continua de plus belle, avec des hommes de main progressivement plus libres de leurs mouvements. Le Front pour l’Avancement et le Progrès Haitien, dans les années 1990. Les chimères pour les années 2000. Les bandits légaux pour les années 2010. Les chefs de gangs/leaders communautaires aujourd’hui.

L’insécurité actuelle n’est donc pas une anomalie. A défaut d’être planifiée, elle est entretenue à des fins politiques, par des apprentis sorciers qui croient pouvoir la maitriser. Au milieu, il y a nous. Nous qui ferions mieux de nous réveiller parce que les nouvelles ne seront pas bonnes.

Catégories

Bonjour Tristesse

Mots-clés