Accéder au contenu principal

Le dédouanement

D. s’amuse de nos débats autour de la franchise douanière. 20 milliards. ONGs. Parlementaires. Famille présidentielle. Injustice. Déficit budgétaire. D. s’amuse. Il se dit que nous devons vraiment aimer jouer la comédie ou alors nous ne savons vraiment pas…

Mais alors, est-ce possible ? Est-ce possible que l’on ne sache pas ? Ces tours de passe-passe où les bordereaux de douanes disparaissent à jamais, éliminant la pertinence même d’une franchise douanière, ne serait-ce pas un tour de magie connu de tous ? Un secret de polichinelle ? Une habitude devenue vice ?

Il était une fois un pauvre Directeur de douanes. À la fin de sa première journée, il n’était plus pauvre. Il avait appris, avec l’aide de D., à faire disparaître des bordereaux.

Cet article est également disponible en : Créole

Patricia Camilien Tout afficher

How about we let the writing do the talking?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils