La loi de ma bouche

Frantz Duval écrit à Patricia Camilien ;)

Ainsi donc, six jours plus tard, du haut de son statut de Directeur d’Opinion Important se désolant de la petitesse de ceux qui osent questionner son point de vue, Frantz Duval a répondu à mon premier billet – qu’il a gentiment publié dans son journal, m’assurant ainsi de nouveaux lecteurs* – en m’accusant de penser que tout est joué d’avance. Moi, fataliste ? Pour une politiste, ce serait le comble. Je suppose qu’il n’a pas eu le temps de lire mes autres billets qui offrent déjà les réponses à ses questions. Mais, pour faire vite, j’ai lancé la loi de ma bouche pour deux raisons.

La première était de signifier que j’ai le droit de critiquer le processus électoral que j’aie voté ou non. Si les observateurs étrangers en ont le droit, à plus forte raison, moi, Haïtienne du pays, devrais-je pouvoir le critiquer comme je l’entends.

La seconde visait à déplacer le débat du devoir des électeurs vers le droit des citoyens. Ces citoyens en grand nombre qui n’ont pas été voter, ni moi ni Monsieur Duval n’avons le droit de remettre en question leur patriotisme. Ils sont non seulement dans leur droit, ils ont aussi raison de ne pas participer à ce qui est, dans les faits, une arnaque.

Il ne s’agit donc pas ici de fatalisme mais d’un refus de continuer à faire semblant, de continuer à rester le jouet de nos « meilleurs ».

Monsieur Duval oppose des questions rhétoriques et des suppositions là où je propose des chiffres et des faits. C’est son droit et c’est son journal. Il vient par contre de me convaincre de la nécessité de maintenir ce blog que j’avais prévu de conclure avec mon dernier billet « Et maintenant ?« 

Il faut bien que quelqu’un s’attache à présenter les faits.


* J’ai entretemps précisé les rôles multiples de M. Mulet dans le billet. La version publiée par M. Duval est le courriel rapide que je lui avais fait, quelqu’une heure après avoir lu son éditorial et avoir décidé que quelqu’un devrait lui répondre puis que ce quelqu’un devrait être moi.

Catégories

Réponses

Mots-clés

,